Environnement : l'Allemagne promet 200 millions d'euros au Brésil

Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva au Palais Planalto, à Brasilia, au Brésil, lundi 30 janvier 2023.
Le chancelier allemand Olaf Scholz et le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva au Palais Planalto, à Brasilia, au Brésil, lundi 30 janvier 2023. Tous droits réservés AP Photo/Eraldo Peres
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après l’Argentine et le Chili, Olaf Scholz est arrivé au Brésil ce lundi pour conclure sa tournée latino-américaine.

PUBLICITÉ

Après l’Argentine et le Chili, Olaf Scholz est arrivé au Brésil ce lundi pour conclure sa tournée latino-américaine. Le chancelier allemand a annoncé une aide de 200 millions d’euros pour des projets environnementaux.

35 millions d’euros seront versés au Fonds Amazonie, après son gel en 2019, lors de l’arrivée au pouvoir du climatosceptique Jair Bolsonaro. Sous son mandat, la déforestation en Amazonie a battu des records.

"Nous avons un grand objectif en commun, qui est de faire progresser la protection du climat, de protéger la forêt amazonienne, et cela n'est possible que par la coopération", a expliqué Olaf Scholz.

Une partie de ce fond pourrait être allouée à des actions d'urgence auprès de communautés indigènes, comme les Yanomami qui souffrent de dénutrition et de maladies infectieuses.

"Nous allons prendre toutes les mesures pour mettre fin à l'exploitation minière illégale, a déclaré le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva. Nous allons faire sortir les mineurs de là, et nous allons nous occuper du peuple Yanomami, qui doit être traité avec respect. Il n'est pas possible de voir ce que j’ai vu et de rester inactif."

Guerre en Ukraine et accord UE-Mercosur

En ce qui concerne l'invasion de l'Ukraine, le Brésil n'enverra pas de munitions à Kyiv. Brasilia a condamné l'invasion russe de l'Ukraine à l'ONU mais sans adopter de sanctions économiques contre Moscou.

Lors de sa tournée, Olaf Scholz a également évoqué la guerre en Ukraine et relancé les discussions au sujet de l’accord de libre-échange UE-Mercosur qui concerne le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay.

Signé en 2019, il n'a jamais été ratifié en raison notamment d'inquiétudes sur la politique environnementale de Jair Bolsonaro.

Cela pourrait être fait avant le prochain sommet de l’Union européenne avec l'Amérique latine qui se tiendra les 17 et 18 juillet à Bruxelles.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une claque pour les socio-démocrates à Berlin

Macron au Brésil : un renouveau dans les relations entre les deux pays

Brésil : Jair Bolsonaro accusé d'avoir bénéficié d'un "faux" certificat de vaccin anti-Covid