EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : la Russie maintient son offensive sur le front de Lougansk

Un char ukrainien avec des soldats est vu près de la ligne de front près de Kremenna dans la région de Luhansk, en Ukraine, dimanche 15 janvier
Un char ukrainien avec des soldats est vu près de la ligne de front près de Kremenna dans la région de Luhansk, en Ukraine, dimanche 15 janvier Tous droits réservés LIBKOS/ AP
Tous droits réservés LIBKOS/ AP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le secrétaire général de l'Otan exprime sa mise en garde : une victoire de Vladimir Poutine enverrait un signal dangereux aux régimes autoritaires du monde entier.

PUBLICITÉ

Les forces russes maintiennent leurs offensives dans l'oblast de Lougansk. L'Institut pour l'Etude de la Guerre rapporte une accélération des opérations russes le long de la ligne Svatove-Kreminna, dans l'ouest de la région.

"L'invasion illégale et non provoquée de l'Ukraine se poursuit. La carte ci-dessous est la dernière mise à jour du renseignement de défense sur la situation en Ukraine - 8 février 2023."

Les conditions météorologiques continuent de jouer un rôle important dans la guerre en Ukraine. Dans le Dombas, les températures au sol ne dépassent pas le zéro. Les conditions sur le terrain devraient rester boueuses jusqu'à la fin du mois de mars, rapporte le ministère de la Défense britannique.

"Si le président Poutine emporte la victoire en Ukraine [...]
cela enverra un message aux dirigeants autoritaires : que s'ils font appel à la force militaire, ils peuvent atteindre leurs objectifs."
Jens Stoltenberg
Secrétaire générale de l'Otan

Du côté des Occidentaux, le secrétaire général de l’Otan a déploré une nouvelle fois l’attitude de la Russie lors d'une réunion avec le ministre de la défense américain. Pour Jens Stoltenberg, la Russie ne montre actuellement aucun signe de préparation à la paix.

"Nous devons être préparés sur la durée, à rester aux côtés de l'Ukraine aussi longtemps qu'il le faudra. (...) Si le président Poutine gagne en Ukraine, ce serait une tragédie pour les Ukrainiens, mais aussi dangereux [pour le reste du monde], alerte le secrétaire général de l'Otan_. Cela enverra un message aux dirigeants autoritaires, pas seulement au président Poutine mais aussi en Asie et ailleurs, que lorsqu'ils utilisent la force militaire, ils peuvent atteindre leurs objectifs et cela rendra le monde plus dangereux et aussi plus vulnérable_."

La Russie appelle un ex-Pink Floyd à la barre

A New York, une réunion des Nations Unies a été convoquée pour la Russie à propose de l'armement de l’Ukraine par l'Occident. Invité par Moscou à s’exprimer, l’ex-membre du groupe Pink Floyd, Roger Waters, a appelé à un cessez-le-feu. Le musicien a fait polémique ces derniers mois en critiquant la fourniture d’armes à Kyiv.

"L'invasion de l'Ukraine par la Fédération de Russie était illégale, je la condamne dans les termes les plus forts possibles. Reconnait-il, avant d'ajouter, l'invasion de l'Ukraine par la Russie ne s'est pas faite sans provocation, je condamne également le provocateur le plus fermement possible".

Une prise de position largement critiquée par Polly Samson, parolière du groupe et compagne de son ex-camarade des Pink Floyd, David Gilmour. 

"Roger Waters tu es antisémite jusqu'au bout des ongles. Tu es aussi un défenseur de Poutine, un menteur, un misogyne, un mégalomane malade de jalousie. J'en ai assez de tes bétises."

Wagner renonce à faire combattre des anciens prisonniers

Ce jeudi, le groupe paramilitaire russe Wagner a annoncé qu’ils cessaient de recruter des détenus dans les prisons pour les envoyer combattre en Ukraine. Fin janvier, le groupe avait communiqué sur des premières amnisties pour des anciens prisonniers qui servi pendant six mois dans la guerre en Ukraine.

"Le recrutement de détenus pour le groupe paramilitaire privé Wagner s'est complètement arrêté", a déclaré le chef de cette organisation, Evgueni Prigojine, cité dans un communiqué diffusé par son service de presse.

Au total, le groupe Wagner a recruté des milliers de détenus pour combattre en Ukraine en échange de réduction de peines. Depuis le début de la guerre, Evgueni Prigojine et son groupe paramilitaire ont largement gagné en influence en Russie. Ils prennent notamment part à l'offensive sur Bakhmout, que l'Ukraine cherche à capturer depuis l'été.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Ukraine a demandé des avions de chasse F-16 aux Pays-Bas

"Je n'ai tout simplement pas le droit de rentrer chez moi sans résultats"

La nuit dernière, des attaques de drones russes en Ukraine ont fait six morts et 16 blessés