PUBLICITÉ

Ukraine : reportage à Saltivka, banlieue de Kharkiv ravagée par la guerre

Saltivka, dans la banlieue de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, février 2023.
Saltivka, dans la banlieue de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, février 2023. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Valérie GauriatEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Saltivka est le point d’entrée de la ville de Kharkiv. Et certains immeubles témoignent bien de l’ampleur des destructions.

PUBLICITÉ

Des blocs d’immeubles recouverts de panneaux de bois. Voilà à quoi ressemble aujourd’hui Saltivka, à une vingtaine de kilomètres seulement de la frontière russe.

Saltivka est le point d’entrée de la ville de Kharkiv. Et certains immeubles témoignent bien de l’ampleur des destructions qui ont eu lieu ici.

Avant la guerre, la zone comptait environ 40 000 habitants. Ils ne sont plus que deux à trois mille aujourd’hui.

Olga et sa sœur ont vécu toute leur vie à Saltivka, avant que leur immeuble soit bombardé l’an dernier. Elles vivent aujourd’hui à Kharkiv, mais viennent régulièrement rendre visite à leurs proches. Non sans peine. Olga a perdu son mari, tué avec un ami en allant chercher de l’essence.

“La vie était belle ici avant, dit-elle. Honnêtement, je ne peux pas regarder ça sans pleurer. Je n’ai pas de mots, ils ont tout détruit. Ils nous ont pris nos proches, nos parents, nos maris, nos fils. Notre vie d’avant. Notre travail… tout."

Déplacées d’une ville à l’autre avant de s’installer à Kharkiv, Olga et sa sœur comptent bien revenir à Saltivka dès que possible. Elles rendent visite ce jour-là à leur grand-père, qui n’est jamais parti.

"Si vous rentrez dans la pièce, vous verrez la moisissure, prévient Olga. Quand l’immeuble a été frappé, les canalisations au sous-sol ont explosé. Venez voir. Tout ça, c’est moisi. Le papier peint s’est détaché."

Le grand-père n’est pas chez lui. Olga nous présente ses voisines.

"On a été inondé, il n’y a pas de lumière ! Regardez comme on vit, avec des fissures, de la moisissure, on vit comme des clochardes", dit l'une d'entre elles.

Svetlana est rentrée de Pologne avec sa mère pour vérifier l’état de leur appartement. Elles ne comptent pas rester.

“On va partir, dit-elle. La vie est intenable ici. Et il va encore y avoir des combats. On partira dans un village quelque part."

Euronews
Immeuble en partie détruit à Saltivka, dans la banlieue de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, février 2023.Euronews

La reconstruction est en cours, mais la tâche est énorme et l’avenir incertain. Le quotidien est un défi pour ceux qui sont restés. Une école a été transformée en centre humanitaire.

“Les magasins sont fermés dans toute cette zone, explique l'une des responsables, Olga Anatoliivna. Pour ceux qui sont revenus, c’est trop loin de marcher jusqu’à une autre localité pour acheter des choses dans un magasin. C’est pour cela qu’on leur apporte de l’aide ici."

Des femmes qui travaillaient à la cantine de l’école avant la guerre préparent désormais chaque jour des repas chauds pour des centaines de personnes.

“On est partis pendant environ six mois, et on est rentrés. On vit à la maison, raconte Veronika Semenivna, une volontaire. Quand on était loin, j’ai compris qu’il fallait que je rentre à la première occasion, pour faire ce qu’il fallait, pour alléger le fardeau des gens ici. C’est pour ça qu’on est revenus, on travaille, et on aide les gens. Ce qu’on veut, c’est la paix. Rien d’autre. On veut que tout le monde reste en vie, et puisse vivre comme on vivait avant. C’est tout ce qu’on veut."

Les bénévoles comme ceux qui reçoivent de l'aide l’assurent ; ils resteront à Saltivka, jusqu’à la victoire.

"Mon fils est sur le front, dit Zoya. Et moi, je suis enseignante. Je donne des cours en ligne. Et je resterai ici, aux cotés de Kharkiv et de mon Ukraine."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie n'aurait pas les capacités pour mener une offensive dans l'est de l'Ukraine

Wagner annonce une avancée vers Bakhmout

Ukraine : Volodymyr Zelensky limoge un haut responsable militaire