PUBLICITÉ

Des parlementaires veulent boycotter la réunion de l'OSCE en raison de la présence russe

Le siège de l'OSCE à Vienne
Le siège de l'OSCE à Vienne Tous droits réservés ALEX HALADA/AFP or licensors
Tous droits réservés ALEX HALADA/AFP or licensors
Par Johannes Pleschberger
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les délégués du parlement lituanien veulent boycotter une réunion de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) à Vienne. Plusieurs pays n'acceptent pas le refus du gouvernement autrichien d'exclure la Russie.

PUBLICITÉ

Un vent de discorde souffle sur l'OSCE ces dernières semaines. Plusieurs parlementaires menacent de boycotter la prochaine réunion de l'organisation, depuis que l'Autriche a donné son feu vert à la présence de diplomates russes.

Vaidotas Verba, ambassadeur lituanien auprès de l'OSCE à l'origine du boycott, explique sa décision: "nos parlementaires ne veulent pas s'asseoir dans la même salle ou dans le même bâtiment que des représentants russes qui ont incité, soutenu et qui continuent à promouvoir la guerre en Ukraine. Plus de 80 députés de 20 pays ont écrit une lettre aux dirigeants du parlement et du gouvernement autrichien demandant spécifiquement de ne pas délivrer de visas aux Russes et de reconsidérer cette décision."

Si la Pologne et la Grande-Bretagne avaient récemment interdit l'accès à plusieurs événements de l'OSCE aux parlementaires russes, l'Autriche adopte une approche différente. 

Pays d'acceuil de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, Vienne affirme être tenue légalement d'inviter tous ses membres, et souhaite maintenir le dialogue, comme le précise la porte-parole du Ministère autrichien des affaires étrangères, Gabriele Juen: "l'OSCE est une plate-forme centrale pour la diplomatie et pour un dialogue continu entre tous les États participants. La Russie et l'Ukraine continuent d'être des participants. Il est, je pense, juste et important que cette plate-forme de dialogue soit toujours soutenue."

La réunion parlementaire doit se tenir les 23 et 23 février, soit exactement un an depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine. L'OSCE, qui est aujourd'hui la plus grande organisation de sécurité régionale, a justement été fondé à l'origine empêcher qu'une telle guerre ne se produise.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un an de sanctions européennes contre la Russie

La Russie suspend sa participation à l'accord New Start sur le désarmement nucléaire

Devant le Conseil de sécurité de l'Onu, la Russie justifie la violation des accords de Minsk