EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Olaf Scholz appelle la Chine à ne plus fournir d'armes à la Russie

Olaf Scholz, le chancelier allemand
Olaf Scholz, le chancelier allemand Tous droits réservés Markus Schreiber/AP
Tous droits réservés Markus Schreiber/AP
Par Euronews avec AP & AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

🇩🇪 Le chancelier allemand Olaf Scholz appelle la Chine à ne plus fournir d’armes à la Russie. Il annonce aussi une nouvelle hausse du budget de la Défense nationale.

PUBLICITÉ

Le chancelier allemand Olaf Scholz appelle la Chine à ne plus fournir d’armes à la Russie. Il annonce aussi une nouvelle hausse du budget de la Défense nationale.

Ne fournissez pas d'armes à l'agresseur russe” a martelé ce jeudi le chancelier allemand devant le Bundestag, la chambre basse du parlement, en s’adressant à la Chine.

Olaf Scholz a aussi annoncé une hausse du budget de la Défense pour être porté à au moins 2 % du PIB et ce afin d’atteindre l'objectif convenu avec l'OTAN.

"Mon message à Pékin est clair. Utilisez votre influence sur Moscou pour faire pression en faveur du retrait des troupes russes et ne fournissez pas d'armes à l'agresseur russe", a inspiré le dirigeant allemand. Avant d'ajouter, "la question demeure : Vladimir Poutine est-il prêt à négocier un retour à ses principes et une paix justePour le moment, rien ne le suggère". 

Le chancelier allemand doit se rendre en fin de semaine à Washington pour s’entretenir avec le président américain Joe Biden. Il sera notamment de nouveau question de sécurité.

Capacité de production d'équipements militaires renforcée

L'Allemagne veut aussi massivement renforcer sa capacité de production de munitions et d'équipements militaires pour répondre aux défis sécuritaires posés par l'agression russe de l'Ukraine, a déclaré le chancelier Olaf Scholz.

Le gouvernement discute avec l'industrie de la défense "d'un véritable changement de cap - vers des achats rapides, planifiables et performants d'équipements militaires pour la Bundeswehr et les autres armées européennes", a déclaré Olaf Scholz. 

Le but, a-t-il ajouté, est de créer en Allemagne "une base industrielle qui apporte sa contribution à la garantie de la paix et de la liberté en Europe".

"Nous avons besoin d'une production continue en armes, équipements et munitions essentiels. Cela nécessite des contrats à long terme et des acomptes pour développer des capacités de fabrication", selon le chancelier.

Les dirigeants européens ont promis au président ukrainien Volodymyr Zelensky d'accélérer les fournitures d'armes et de munitions.

Les forces ukrainiennes consomment une quantité de munitions largement supérieure à la production des Etats membres de l'OTAN qui doivent impérativement augmenter leurs capacités, a récemment averti le secrétaire général de l'Alliance Jens Stoltenberg.

Jusqu'à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Allemagne avait, depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, construit sa stratégie sur un refus des interventions militaires et des livraisons d'armes aux pays en guerre.

Trois jours après l'offensive de Moscou en Ukraine en février 2022, Olaf Scholz a fait sauter plusieurs tabous en annonçant un fonds de 100 milliards d'euros destiné à moderniser l'armée allemande.

Au cours de l'année dernière, l'Allemagne a également fourni à Kiev des armes allant des lance-missiles aux véhicules blindés et chars de combat Leopard de fabrication allemande.

"Je le sais: ce type de soutien, nos livraisons d'armes à l'Ukraine, est inhabituel pour notre pays. C'est pourquoi je comprends tous les citoyens qui ne crient pas 'hourra' à ce sujet", a reconnu M. Scholz jeudi, alors que la guerre russe contre l'Ukraine est entrée dans sa deuxième année.

"Je peux vous assurer que le gouvernement que je dirige ne prend jamais à la légère les décisions concernant les livraisons d'armes", a-t-il assuré, expliquant qu'il fallait soutenir l'Ukraine "pour défendre l'ordre de paix européen" en veillant "à ce que l'OTAN ne devienne pas un belligérant".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : Joe Biden annonce une nouvelle aide militaire lors d'une rencontre avec Scholz

Guerre en Ukraine : la situation au 1er mars, cartes à l'appui

Un an de guerre en Ukraine : manifestations dans toute l'Europe ce week-end