Les Estoniens élisent leur Parlement avec l'Ukraine en toile de fond

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
Des électeurs dans un bureau de vote estonien ce dimanche
Des électeurs dans un bureau de vote estonien ce dimanche   -  Tous droits réservés  Pavel Golovkin/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

La guerre en Ukraine plane au-dessus des élections législatives qui se tiennent ce dimanche en Estonie.

Le Parti de la réforme (centre-droit) de la Première ministre Kaja Kallas pourrait logiquement remporter ce scrutin, mais il devra probablement former une coalition pour rester au pouvoir.

Les derniers sondages indiquent que le parti d'extrême droite (EKRE) terminerait en seconde position. EKRE a fait campagne contre une aide militaire supplémentaire à Kiev et a appelé à ne plus accepter de réfugiés ukrainiens et à réduire l'immigration pour protéger les travailleurs estoniens. En 2019, ce parti avait déjà rassemblé 17,8% des votes.

L'Estonie, membre de l'Union européenne et de l'OTAN, a pris la tête des appels internationaux lancés l'année dernière en faveur d'une aide militaire accrue à l'Ukraine face à l'invasion de la Russie.

L'aide militaire estonienne à l'Ukraine représente actuellement plus de 1% de son PIB, soit la contribution la plus importante de tous les pays par rapport à la taille de leur économie.

"Nous prônons un pays ouvert, amical, à l'occidentale, européen, intelligent", a déclaré Kallas à l'AFP parlant du programme politique de son parti, dans une interview la semaine dernière.

"Mon plus grand concurrent pense que nous ne devrions pas aider l'Ukraine, nous ne devrions pas soutenir l'Ukraine, que nous devrions seulement chercher notre intérêt personnel", a-t-elle ajouté.

Selon le dirigeant d'EKRE, Martin Helme, l'Estonie ne devrait "pas aggraver davantage les tensions" avec Moscou.

Les élections se déroulent également sur fond de situation économique difficile en Estonie, qui affiche l'un des taux d'inflation les plus élevés de l'UE, avec 18,6% sur un an enregistré en janvier.

Abstention des russophones

Le Parti du centre, , de centre-gauche, traditionnellement populaire auprès de l'importante minorité russophone d'Estonie, a soutenu la politique du gouvernement à l'égard de l'Ukraine et la Russie.

Cela a rebuté certains électeurs russophones, ce qui pourrait conduire à une forte abstention parmi cette minorité, représentant un quart de la population estonienne.

Le Parti du centre promet d'investir davantage dans les infrastructures et les logements abordables.

Selon les analystes, une alliance entre le Parti de la réforme, Estonie 200 et les sociaux-démocrates est possible, tout comme celle entre Réforme, Centre et Isamaa et les chances du parti d'extrême droite d'EKRE de diriger une coalition sont jugées modestes.

A noter que quelque 47,3% des électeurs estoniens ont déjà voté soit par correspondance, soit en ligne, selon la commission électorale.