La guerre en Ukraine en cartes : pourquoi la ville de Djankoï en Crimée est si importante

Sasha Vakulina, le 21 mars 2023
Sasha Vakulina, le 21 mars 2023 Tous droits réservés Euronews
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La ville de Djankoï en Crimée annexée par la Russie a été attaquée par des frappes dans la nuit de lundi à mardi. Une attaque qui n'a rien d'anodin.

PUBLICITÉ

Les autorités ukrainiennes n'ont pas directement revendiqué l'attaque de lundi sur la ville de Djankoï en Crimée annexée, mais elles ont déclaré que cette frappe servait "démilitariser davantage la Russie et à préparer la péninsule de Crimée à la libération".

Le lieu visé par cette frappe n'est pas anodin. Nous allons y jeter un coup d'oeil. Le ministère ukrainien de la Défense a déclaré que la frappe avait détruit des missiles de croisière russes "Kalibr" qui étaient transportés par train dans la ville de Djankoï, en Crimée occupée par la Russie.

Deux des plus grands aérodromes militaires russes de Crimée sont situés à Djankoï et Hvardiiske, selon le ministère britannique de la Défense. Les responsables ukrainiens disent eux-aussi depuis longtemps que la base aérienne militaire près de Djankoï est devenue la plus grande de Russie en Crimée annexée.

Oleg Kryuchkov, un conseiller nommé par Moscou en Crimée, a déclaré que l'attaque par drone visait des cibles civiles, affirmant qu'"il n'y a pas de sites militaires à proximité".

Djankoï est également un carrefour routier et ferroviaire clé pour l'approvisionnement des opérations russes dans le sud de l'Ukraine vers Kherson, la région de Zaporizhzhia et la côte de la mer d'Azov. En général, Djankoï est un noeud ferroviaire crucial en Crimée, y compris pour les approvisionnements de Kertch à Sébastopol - une base navale majeure pour la flotte russe en mer Noire. Certains des plus importants navires de guerre russes y ont été amarrés, notamment des navires de surface équipés de missiles de croisière.

Le think tank américain Institut pour l'Etude de la Guerre a estimé que les forces russes continuent d'épuiser leur arsenal de missiles et peuvent limiter la fréquence et l'ampleur des frappes, mais continueront probablement à menacer les infrastructures critiques et les civils ukrainiens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les relations entre Pékin et Moscou "au plus haut niveau", selon Vladimir Poutine

Xi Jinping poursuit sa visite d'État en Russie : l'Ukraine au cœur des discussions

L'Ukraine salue le plan européen pour livrer davantage de munitions