PUBLICITÉ

"Partygate" : Boris Johnson joue son avenir politique devant une commission d'enquête

Boris Johnson (Archive)
Boris Johnson (Archive) Tous droits réservés Kin Cheung/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Kin Cheung/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews et agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien Premier ministre britannique a reconnu que les députés ont été trompés concernant le scandale du "partygate" durant le confinement. Mais ces mensonges n'auraient pas été intentionnels.

PUBLICITÉ

L'ancien Premier ministre britannique a reconnu que les députés ont été trompés concernant le scandale du "partygate" durant le confinement. Mais ces mensonges n'auraient pas été intentionnels. Il se défend ce mercredi lors d'une nouvelle audition parlementaire.

L'ancien Premier ministre britannique Boris Johnson a reconnu mardi avoir induit le Parlement en erreur en affirmant que les fêtes organisées dans son bureau de Downing Street n'avaient pas enfreint les règles de verrouillage du Covid.

Mais il a insisté sur le fait qu'il avait agi de bonne foi, lors de son témoignage devant une commission parlementaire chargée d'enquêter sur ses déclarations.

Boris Johnson, qui s'est vu infliger une amende par la police pour avoir enfreint les règles qu'il avait imposées au public, s'était déjà excusé et a corrigé l'enquête parlementaire après avoir insisté sur le fait que les rassemblements étaient légitimes.

Mais il doit se présenter ce mercredi devant la commission des privilèges des députés de tous les partis qui enquêtent sur les déclarations afin de déterminer s'il a commis un outrage au Parlement.

"Je reconnais que la Chambre des communes a été induite en erreur par mes déclarations selon lesquelles les règles et les directives avaient été suivies à la lettre au numéro 10 (Downing Street)", a déclaré M. Johnson.

Je n'ai pas intentionnellement ou imprudemment induit le Parlement en erreur
Boris Johnson
Ex-Premier ministre britannique

"Mais lorsque ces déclarations ont été faites, elles l'ont été en toute bonne foi et sur la base de ce que je savais et croyais honnêtement à l'époque. Je n'ai pas intentionnellement ou imprudemment induit le Parlement en erreur le 1er décembre 2021, le 8 décembre 2021 ou à n'importe quelle autre date. Je n'aurais jamais eu l'idée de le faire".

Si la commission des privilèges estime que Boris Johnson a commis un outrage, les députés voteront sur les sanctions qu'il pourrait encourir, y compris la suspension.

Toute suspension de plus de 10 jours de séance pourrait déclencher une élection partielle dans sa circonscription d'Uxbridge et South Ruislip, où il avait obtenu une faible majorité de 7 210 voix aux dernières législatives.

Boris Johnson, sa femme Carrie n'avait pas été le seul à avoir été mis à l'amende. Rishi Sunak, qui était ministre des finances à l'époque et aujourd'hui premier ministre, avait également dû payer pour avoir enfreint les règles du Covid, ainsi que des dizaines de membres du personnel.

Des mois de révélations sur des réunions de bureau arrosées alors que le public maintenait une distance sociale stricte - surnommées "partygate" - ont provoqué la fureur de l'opinion publique, en particulier parmi les parents des victimes de Covid.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Rishi Sunak annonce la tenue d'élections générales le 4 juillet

No comment : Marc Quinn expose ses oeuvres à Kew Gardens

Un mort et quatre blessés après une attaque à l'épée à Londres