Birmanie : les opposants doivent être "combattus pour de bon" (chef de la junte)

Parade militaire en Birmanie, 27-03-2023
Parade militaire en Birmanie, 27-03-2023 Tous droits réservés Aung Shine Oo/ AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Birmanie est plongée dans le chaos depuis que les militaires ont renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, il y a plus de deux ans, après avoir fait des allégations non fondées de fraude électorale.

PUBLICITÉ

Entouré de chars et de lance-missiles, le chef de la junte birmane a promis lundi de ne pas relâcher la répression en cours contre ses opposants, réaffirmant que des élections seront organisées lorsque la paix sera revenue.

La Birmanie est plongée dans le chaos depuis que les militaires ont renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, il y a plus de deux ans, après avoir fait des allégations non fondées de fraude électorale.

Le putsch a relancé les combats avec les rebelles ethniques et a donné naissance à des dizaines de "forces de défense du peuple" (PDF) anti-junte. Des pans entiers du pays sont ravagés par des combats et l'économie est en ruine.

L'armée prendra des "mesures décisives" contre ses opposants et les rebelles ethniques qui les soutiennent, a déclaré Min Aung Hlaing devant un public d'environ 8 000 militaires participant au défilé annuel de la journée des forces armées dans la capitale construite par les militaires, Naypyidaw.

"Les actes de terreur du NUG et de ses laquais, les soi-disant PDF, doivent être combattus pour de bon", a-t-il dit, en référence au "gouvernement d'unité nationale", un organe dominé par d'ex-députés du parti d'Aung San Suu Kyi - pour beaucoup en exil -, qui fédère l'opposition à la junte.

Des "élections libres et équitables" seront organisées à la fin de l'état d'urgence, a-t-il affirmé.

En février, l'armée a annoncé la prolongation de l'état d'urgence pour deux ans et le report des élections qu'elle avait promis d'organiser avant août, car elle ne contrôlait pas suffisamment le pays pour qu'un vote puisse avoir lieu.

Lors du défilé, des avions ont survolé le pays en crachant de la fumée aux couleurs jaune, rouge et verte du drapeau national et cinq avions à réaction Sukoi Su-30 de fabrication russe ont également volé.

Deux ans après le coup d'État, la situation en Birmanie est une "catastrophe qui s'envenime", a déclaré Volker Turk, Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme début mars, ajoutant que les militaires agissent en toute "impunité".

Selon une organisation locale, plus de 3 100 personnes ont été tuées dans le cadre de la répression militaire de la dissidence depuis le coup d'État.

Plus d'un million de personnes ont été déplacées par les combats, selon les Nations unies.

En décembre, la junte a condamné l'ancienne chef du gouvernement à 33 ans de prison dans le cadre d'un procès fleuve que les groupes de défense des droits ont condamné comme étant une imposture.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Birmanie : près de 10 000 prisonniers graciés le jour de la fête de l'indépendance

Birmanie : Aung San Suu Kyi a été partiellement graciée

Cyclone Mocha en Birmanie : au moins 65 morts dans l'État Rakhine