EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : Kyiv a reçu ses premiers chars lourds de ses alliés occidentaux

Un char Léopard allemand de la Bundeswehr (1er février 2023)
Un char Léopard allemand de la Bundeswehr (1er février 2023) Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour des raisons de sécurité, la date de livraison de ces chars occidentaux n'a pas été communiquée. D'autres matériels militaires doivent encore être transférés en Ukraine.

PUBLICITÉ

Promesse tenue… progressivement. Les premiers chars lourds britanniques et allemands sont arrivés en Ukraine, un apport de forces souhaité depuis longtemps par Kiev pour faire face à l'invasion russe.

Ces chars de combat Challenger et Leopard, promis à Kyiv au début de l'année, arrivent à temps pour l'offensive de printemps que prévoient les forces ukrainiennes.

Dans un message publié lundi sur Facebook, le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, a annoncé que "des Challengers britanniques, des Strykers et des Cougars américains et des Marders allemands" se sont "ajoutés aux unités ukrainiennes".

Il a également publié une photo de ces véhicules, sans préciser le jour où ils sont arrivés.

Une porte-parole du ministère ukrainien, Iryna Zolotar, a confirmé que les tanks Challenger "se trouvaient déjà en Ukraine", sans en donner le nombre exact.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a pour sa part annoncé lundi que Berlin a fourni des chars de combat Leopard "très modernes" à Kiev, et le ministère de la Défense a déclaré plus tard que 18 chars ont été livrés.

"Nos chars sont arrivés comme promis et ponctuellement entre les mains de nos amis ukrainiens", a déclaré le ministre de la Défense, Boris Pistorius, dans un communiqué. "Je suis sûr qu'ils pourront faire la différence sur le terrain".

Le Royaume-Uni avait également annoncé début février qu'il formerait des pilotes de chasse ukrainiens, ouvrant la porte à terme à la fourniture d'avions aux normes de l'Otan.

Les Occidentaux considèrent que l'Ukraine a le droit de se défendre, mais certains sont réticents à livrer des armes qui provoqueraient une escalade du conflit en permettant à l'Ukraine de frapper la Russie.

La Slovaquie a livré récemment quatre MiG-29 à l'Ukraine et la Pologne a promis de faire de même.

Livraison d'obus français

La France, de son côté, va doubler le nombre d'obus de 155 mm livrés à l'Ukraine, les portant à 2 000 par mois, a annoncé le ministre des Armées Sébastien Lecornu dans un entretien au Figaro publié ce mardi.

Les obus de 155 mm, tirés notamment par les canons Caesar français ou Pzh 2000 allemands et d'une portée pouvant atteindre 40 kilomètres, sont tirés chaque jour en quantités industrielles tant par les Russes que par les Ukrainiens.

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg avait averti en février que Kyiv utilisait plus de munitions que l'Alliance ne pouvait en produire, mettant les stocks et industries de défense occidentales "sous pression". L'Union européenne a depuis décidé de débloquer deux milliards d'euros pour fournir un million d'obus à l'Ukraine.

Les industriels de défense sont donc poussés à augmenter leurs capacités de production et réduire leurs délais de livraisons.

Nexter, qui produit les obus de 155 mm en France, prévoit ainsi de produire 150 000 obus par an en 2025, trois fois plus qu'avant le déclenchement du conflit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Visite en Ukraine de l'acteur britannique Orlando Bloom

L’UE étudie la mise en place d’achats conjoints d'armes pour aider l’Ukraine

No Comment : une chaleur anormale à Saint-Pétersbourg, en Russie