Violences en Haïti : la situation empire, l'ONU s'alarme

Plus de 530 personnes ont été tuées cette année dans des violences en Haïti, selon Nations unies
Plus de 530 personnes ont été tuées cette année dans des violences en Haïti, selon Nations unies Tous droits réservés RICHARD PIERRIN/AFP or licensors
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Assassinats, vendetta, kidnapping : la violence en Haïti est désormais comparable à celle observée dans les pays en guerre, selon l'ONU

PUBLICITÉ

Vendetta, violences entre gangs, assassinats et kidnapping : l'insécurité en Haïti atteint des niveaux comparables à ceux d'un pays en guerre, estime désormais l'ONU.

Entre le 1er janvier et le 31 mars, le nombre d'homicides signalés a ainsi augmenté dans le pays de 21% par rapport au précédent trimestre (815 contre 673), et le nombre d'enlèvements de 63% (637 contre 391).

Les bandes armées "continuent de se disputer le contrôle du territoire dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, et s'étendent à des quartiers jusqu'alors épargnés", note un rapport de l'ONU publié en ce début de semaine. 

Dernier exemple en date, ce lundi, à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, une foule a battu et brûlé à mort 13 membres présumés de gangs à l'aide de pneus imbibés d'essence après les avoir soustraits à la police lors d'un contrôle routier. 

Cette terrible violence a mis en lumière l'indignation du public face à la situation de plus en plus anarchique à Port-au-Prince, où des gangs criminels ont pris le contrôle de la ville.

"Si les gangs viennent nous envahir, nous allons nous défendre, nous aussi on a nos propres armes, nous avons nos machettes, on va prendre leurs armes, nous n'allons pas fuir", a déclaré à l'AFP un habitant. 

La situation est telle que l'ONU tire la sonnette d'alarme. Dans son rapport, l'Organisation des Nations unies rappelle "qu'il est urgent de déployer une force armée internationale spécialisée", notamment pour aider la police à rétablir l'ordre.

Farhan Haq, porte-parole adjoint du Secrétaire général, Nations Unies : "La situation sécuritaire et humanitaire dans de nombreuses zones de Cité Soleil a atteint des niveaux alarmants. Selon nos collègues humanitaires, entre le 14 et le 19 avril, des affrontements entre bandes rivales ont provoqué la mort de près de 70 personnes, dont 18 femmes et au moins 2 enfants. Une quarantaine de personnes ont été blessées."

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait relayé en octobre un appel à l'aide du Premier ministre Ariel Henry, demandant au Conseil de sécurité d'envoyer une force d'interposition. Mais sans résultat depuis : si quelques pays ont indiqué être prêts à y participer, aucun ne semble vouloir en prendre la tête.

En attendant, et face au chaos ambiant, nombreuses sont les familles qui fuient désormais les quartiers les plus dangereux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le pape demande la libération de six religieuses enlevées en Haïti

Haïti : les violences des gangs ont fait plus de 2 400 morts depuis le début de l'année

Haïti : la détresse des commerçants après l'incendie sur un marché de Port-au-Prince