PUBLICITÉ

Judo: l'Ukraine se retire des Mondiaux pour protester contre la présence des Russes et Bélarusses

V. Poutine
V. Poutine Tous droits réservés Mikhail Klimentyev/Sputnik
Tous droits réservés Mikhail Klimentyev/Sputnik
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"La majorité de l'équipe de Russie est composée de sportifs qui sont des soldats d'active dans l'armée" explique la fédération ukrainienne

PUBLICITÉ

La fédération ukrainienne de judo a annoncé lundi qu'elle n'enverrait pas de délégation aux Mondiaux de judo au Qatar du 7 au 14 mai en raison de la présence de judokas russes et bélarusses.

La fédération ukrainienne affirme que certains de ces judokas sont également des soldats actifs.

La Fédération internationale de judo (IJF) a donné dimanche son feu vert à la présence des Russes et Bélarusses à ces championnats du monde à la condition qu'ils le fassent individuellement et en tant qu'athlètes neutres.

Mais la fédération ukrainienne a affirmé lundi que "la majorité de l'équipe de Russie est composée de sportifs qui sont des soldats  dans l'armée de la fédération de Russie qui a attaqué l'Ukraine le 24 février 2022" et qui "continue de mener une guerre brutale contre notre territoire".

"Plus de 250 athlètes ukrainiens ont, eux, donné leur vie pour défendre le pays et parmi eux des judokas", indique la fédération ukrainienne, ajoutant: "nous ne voyons ni neutralité, ni égalité de traitement pas plus qu'une +passerelle pour la paix+ comme le dit la fédération internationale dans sa résolution sur la participation des Russes et des Bélarusses aux championnats du monde à Doha".

"De plus, nous considérons que cette décision contredit les dernières recommandations du Comité international olympique du 28 mars 2023 disant qu'un statut d'athlète neutre ne peut être accordé qu'à ceux qui ne sont pas des militaires", ajoute la fédération ukrainienne.

La judoka ukrainienne Daria Bilodid avait qualifiée la décision de l'IJF d'autoriser les judokas russes et bélarusses à Doha d'"inacceptable".

"Toutes ces personnes qui vont participer aux championnats du monde sont des militaires. Cela n'a aucun sens, n'est-ce-pas ?", avait affirmé la championne du monde 2019 dans la catégorie des 48 kilos et médaillée de bronze aux JO de Tokyo dans un message sur Instagram.

"J'estime qu'il est inacceptable d'autoriser des militaires d'un pays terroriste qui tue chaque jour des Ukrainiens de participer à des compétitions internationales", avait-elle jugé.

L'IJF n'a pu être jointe par l'AFP pour confirmer le statut de militaires des judokas russes.

Mais parmi les judokas russes inscrits aux championnats du monde figurent notamment Inal Tasoev titré aux championnats du monde militaires à Paris en 2021. Lors de ce même événement, Mikhail Igolnikov, également présent à Doha, a terminé troisième dans la catégorie des moins de 90 kg.

Le président du Comité international olympique, Thomas Bach, avait déclaré fin mars que les sportifs russes et bélarusses pourront "concourir en tant qu'athlètes individuels neutres", pour peu qu'ils ne "soutiennent pas activement la guerre en Ukraine" et ne soient pas "sous contrat" avec l'armée ou les agences de sécurité des deux pays.

Le CIO doit toutefois encore prendre une décision sur la participation de représentants de ces deux pays aux Jeux olympiques de Paris en 2024.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mondiaux de Judo : troisième titre mondial pour Grigalashvili et surprise chez les -63kg

Deuxième journée des mondiaux de judo : enfin l’or pour Hidayat Heydarov

Ouverture des Championnats du monde de judo à Abu Dhabi