Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky rencontre des soldats sur le front

Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky récompense les soldats sur le front de Donetsk
Le Président ukrainien Volodymyr Zelensky récompense les soldats sur le front de Donetsk Tous droits réservés Captura de video de AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Président ukrainien a récompensé de nombreux militaires mobilisés sur le front de Donetsk

PUBLICITÉ

Après l'Arabie Saoudite et la Japon, Volodymyr Zelensky s'est rendu ce mardi dans la région de Donetsk, pour rencontrer et récompenser les soldats de la marine, engagés dans les combats tous proches.

"Tout dépend de vous, sachez-le. Et nous savons parfaitement qui porte cette victoire sur ses épaules. Prenez soin de vous. Merci" a répété le Président ukrainien à chaque soldat récompensé.

Le chef de l'Etat a également confirmé la création de plusieurs nouvelles brigades pour renforcer les troupes sur place.

De l'autre côté de la frontière, la ville de Belgorod reste en alerte maximale. Depuis lundi, plusieurs localités voisines ont été la cible de tirs de drône... Au moins 8 personnes ont été blessées, selon les autorités locales.

"Il n'y a pas de morts parmi les civils à ce jour. Toutes les actions nécessaires de la part des forces de l'ordre sont en cours. Nous attendons l'achèvement de l'opération anti-terroriste qui a été annoncée hier" a précisé Vyacheslav Gladkov, gouverneur de la région de Belgorod. Il a également affirmé que ces attaques seraient l'oeuvre d'un groupe de saboteurs ukrainiens, et que l'armée russe auraient éliminé tous les participants. Kyiv dément toute reponsabilité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Critique à l'égard de l'état-major russe, le chef de Wagner évalue ses pertes à Bakhmout

Bakhmout : réelle conquête russe ou stratégie d'épuisement orchestrée par Kyiv ?

La centrale de Zaporijjia n'explosera probablement pas, mais l'Europe reste sur ses gardes