PUBLICITÉ

Bakhmout : réelle conquête russe ou stratégie d'épuisement orchestrée par Kyiv ?

Un soldat ukrainien à Bakhmout, le 23 avril 2023
Un soldat ukrainien à Bakhmout, le 23 avril 2023 Tous droits réservés Iryna Rybakova/AP
Tous droits réservés Iryna Rybakova/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que les Russes revendiquent la capture de Bakhmout, Kyiv affirme y contrôler quelques zones "insignifiantes", et continuer les avancées sur les flancs de la ville.

PUBLICITÉ

Le groupe paramilitaire Wagner a annoncé lundi prévoir d'achever le transfert de ses positions à Bakhmout à l'armée russe le 1er juin, tandis que l'Ukraine soulignait que la bataille continuait malgré la revendication russe de conquête.

Samedi, le chef des hommes de Wagner, Evguéni Prigojine, et l'armée russe avaient revendiqué la prise de Bakhmout dans l'Est de l'Ukraine aux termes de mois de combats sanglants.

De leur côté, les autorités ukrainiennes affirment contrôler encore quelques bâtiments dans la cité largement détruite, et surtout avancer dans sa banlieue en attaquant les flancs russes, comme le montrent les couleurs bleues de cette carte diffusée par l'Institut pour l'étude de la guerre, basé à Washington, les zones rouges représentant les territoires contrôlés par les forces russes.

Victoire à la Pyrrhus

Samedi, Volodymyr Zelensky qui était au Japon pour le sommet du G7, avait assuré que la ville n'était "pas occupée" par les troupes russes, ajoutant : "Il n'y a rien dans cet endroit (...) juste des ruines et beaucoup de Russes morts", semblant suggérer que Bakhmout ne serait qu'une victoire à la Pyrrhus pour Moscou. Le président ukrainien a par ailleurs comparé les destructions sur place à celles causées par le bombardement à l'arme atomique par les Etats-Unis de Hiroshima en 1945.

"Dans la périphérie ouest (de Bakhmout), les lignes de défense sont en place. Donc le groupe Wagner quittera Artiomovsk (nom soviétique de la ville, NDLR) entre le 25 mai et le 1er juin", a indiqué lundi M. Prigojine dans un enregistrement audio publié par son service de presse.

Puis, le patron de Wagner s'en est de nouveau pris à la hiérarchie militaire russes avec qui il est en conflit, accusant les responsables d'avoir privé ses hommes de munitions et d'être trop en retrait du terrain.

"S'il n'y a pas assez d'unités du ministère de la Défense (pour occuper Bakhmout), il y a des milliers de généraux (pour le faire), il faut former un régiment de généraux, leur donner à tous des fusils, et tout ira bien", a-t-il raillé lundi.

Kiev n'a pas confirmé la perte de Bakhmout.

"La défense de Bakhmout remplit ses objectifs militaires" selon Kyiv

Le commandant des forces terrestres ukrainiennes, Oleksandre Syrsky, a affirmé dimanche que ses troupes ne contrôlaient plus qu'une partie "insignifiante" de la cité, mais continuaient d'avancer sur ses flancs.

Lundi, la vice-ministre ukrainienne de la Défense Ganna Maliar a elle assuré les troupes ukrainiennes engagées à Bakhmout "contrôlent certains bâtiments", ajoutant sur Telegram que "la bataille sur les flancs, au nord et au sud, se poursuit".

"Les combats continuent", a-t-elle répété.

Mme Maliar s'est également félicitée de la réussite tactique, selon elle, de la défence acharnée par l'armée ukrainienne de cette ville aujourd'hui dévastée par la guerre.

En effet, selon des analystes et Kiev, les forces russes ont sacrifié quantité d'hommes et de matériel pour conquérir Bakhmout, des troupes qui manqueront peut-être aux Russes lorsque l'Ukraine lancera son offensive pour reconquérir les territoires occupés.

"La défense de Bakhmout remplit ses objectifs militaires", s'est félicitée Mme Maliar.

"Le potentiel offensif de l'ennemi a été considérablement réduit, l'ennemi a subi d'énormes pertes et nous avons gagné du temps", a-t-elle poursuivi, à l'heure où Kiev dit achever ses préparatifs pour lancer un assaut d'ampleur.

La centrale de Zaporijjia de nouveau reliée au réseau

La centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, occupée par la Russie, était, selon les autorités ukrainiennes, de nouveau reliée au réseau électrique lundi midi, après une coupure entraînée par des frappes nocturnes russes.

Ukrenergo "a rétabli l'alimentation de la centrale nucléaire à partir du système électrique ukrainien", a déclaré l'opérateur publique ukrainien dans un nouveau communiqué publié sur Telegram.

Plus tôt lundi, l'agence atomique ukrainienne Energoatom avait elle affirmé qu'une "attaque" nocturne des forces russes avait coupé la liaison avec la dernière ligne électrique à haute tension reliant la centrale au réseau ukrainien.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'opération à Belgorod est un "succès" selon ses organisateurs

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky rencontre des soldats sur le front

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine