PUBLICITÉ

Soudan : l'aide humanitaire continue d'arriver, l'ONU réaffirme son soutien à son émissaire

Un responsable d'une ONG attend l'aide humanitaire de l'Arabie Saoudite. 11 mai 2023.
Un responsable d'une ONG attend l'aide humanitaire de l'Arabie Saoudite. 11 mai 2023. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’aide humanitaire continue d’arriver au Soudan victime de la guerre. Depuis trois semaines, plus d’un demi-million de Soudanais ont reçu une aide alimentaire.

PUBLICITÉ

Dans un communiqué des Nations Unies (ONU), le porte-parole Stéphane Dujarric, a tenu à rappeler jeudi soir les efforts soutenus du Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan.

Depuis la reprise de ses distributions il y a près de trois semaines, cette organisation a réussi à apporter un secours alimentaire à plus d'un demi-million vivant dans neuf États fragilisés du Soudan. Un soutien essentiel qui se révèle indispensable face aux épreuves traversées par ces régions déchirées par les conflits.

L'ONU réaffirme son soutien à son émissaire au Soudan

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a également réaffirmé son soutien à son émissaire au Soudan, se disant "choqué" par une lettre du chef de l'armée soudanaise, Abdel Fattah al-Burhane, réclamant son remplacement.

Selon Stéphane Dujarric, "le secrétaire général est choqué par la lettre qu'il a reçue (vendredi) du général Al-Burhane", qu'une guerre oppose depuis le 15 avril à son rival et son ancien adjoint, le général Mohamed Hamdane Daglo, chef des puissants paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR).

"Le secrétaire général est fier du travail accompli par Volker Perthes et réaffirme son entière confiance en son représentant spécial", a poursuivi M. Dujarric.

Perthes et la mission de l'ONU au Soudan ont été la cible de milliers de manifestants pro-militaires et islamistes, qui ont protesté à plusieurs reprises l'année dernière contre "l'intervention étrangère" et exigé le renvoi de l'émissaire onusien.

Des manifestations similaires ont eu lieu dans la ville orientale de Port-Soudan.

M. Perthes est actuellement à New York et il n'y a aucune information sur la date à laquelle il doit revenir au Soudan, où les autorités n'ont pas délivré de visas aux ressortissants étrangers depuis le début de la guerre.

"Ethnicisation" du conflit au Soudan.

Lundi, il avait dit devant le Conseil de sécurité qu'il craignait une "ethnicisation" du conflit au Soudan.

"L'ethnicisation croissante du conflit risque de le prolonger avec des implications pour la région", a-t-il dit, ajoutant que "dans certaines parties du pays, les combats entre les deux armées ou les deux formations ont ravivé des tensions communautaires ou provoqué des conflits entre communautés".

Depuis le 15 avril, la guerre pour le pouvoir entre chef de l'armée et son rival a fait plus de 1 800 morts, selon l'ONG ACLED.

Elle a aussi contraint plus d'un million de personnes à se déplacer à l'intérieur de ce pays d'Afrique de l'Est, l'un des plus pauvres au monde, et au moins 300 000 habitants se sont réfugiés dans les pays voisins, eux-mêmes en crise, selon l'ONU.

Sources additionnelles • AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La ville de Port-Soudan confrontée à une épidémie de choléra

Soudan : un raid arien a tué des dizaines de civils dans la banlieue de Khartoum

Israël interdit aux convois humanitaires de l'UNRWA de se rendre à Gaza