EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'OCDE revoit légèrement à la hausse ses prévisions pour la croissance mondiale

L'OCDE
L'OCDE Tous droits réservés Francois Mori/AP
Tous droits réservés Francois Mori/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'économie mondiale profite d'une accalmie de l'inflation après une explosion l'an dernier en raison des conséquences de la guerre en Ukraine sur les prix de l'énergie et des produits alimentaires.

PUBLICITÉ

L'OCDE s'est montrée un peu plus optimiste sur la croissance mondiale dans ses dernières prévisions économiques publiées mercredi, tout en alertant sur la "longue route" avant de profiter d'une reprise durable.

+2,7% en 2023

"L'économie mondiale prend un tournant", a commenté Clare Lombardelli, fraîchement nommée cheffe économiste de l'Organisation de coopération et de développement économiques, en préambule d'un rapport sur les perspectives mondiales de l'institution.

Après trois années ponctuées par les crises à répétitions, entre la pandémie et la guerre en Ukraine, l'activité économique montre des signes d'apaisement, symbolisés par la légère hausse de la prévision de croissance mondiale de l'OCDE, attendue pour 2023 à 2,7% contre 2,6% au mois de mars.

Accalmie de l'inflation

D'après ce rapport dévoilé à l'occasion d'une réunion ministérielle annuelle au siège parisien de l'institution internationale, l'économie mondiale profite d'une accalmie de l'inflation après une explosion l'an dernier en raison des conséquences de la guerre en Ukraine sur les prix de l'énergie et des produits alimentaires.

En mai, l'inflation a par exemple nettement ralenti au sein de la zone euro, à 6,1% sur un an. Elle s'est établie aux États-Unis à 4,4% en avril, bien en-dessous des niveaux atteints courant 2022.

Ce ralentissement signifie que les banques centrales pourraient limiter leurs hausses de taux d'intérêt, de bon augure pour l'accès au crédit des ménages et des entreprises, pour la consommation, et donc pour la croissance.

Le redémarrage récent de l'activité économique chinoise après sa politique draconienne de zéro-Covid apporte aussi un peu d'oxygène à l'économie mondiale, souligne l'OCDE, la croissance en Chine étant attendue cette année à 5,4%, soit une hausse de 0,1 point par rapport aux prévisions de mars, et à 5,1% l'an prochain (+0,2 point).

0,9% de croissance en zone euro

L'OCDE prévoit 0,9% de croissance en zone euro cette année, en légère hausse de 0,1 point, grâce notamment à une réévaluation de la croissance du PIB italien à 1,2% (+0,6 point). La croissance française atteindrait 0,8% (+0,1 point) et l'Allemagne est attendue avec une croissance nulle (-0,3 point).

Le Royaume-Uni pourrait quant à lui connaître une croissance de 0,3% cette année là où l'OCDE envisageait précédemment une récession.

Hors d'Europe, le PIB des Etats-Unis devrait croître de 1,6% et celui de l'Inde de 6,0%, des prévisions en hausse dans les deux cas de 0,1 point par rapport à mars.

Malgré les quelques signes encourageants, l'activité économique mondiale "fait face à une longue route à parcourir avant d'atteindre une croissance forte et durable", a tempéré la britannique Clare Lombardelli qui a pris ses fonctions à l'OCDE près d'un an après la nomination de Laurence Boone au gouvernement français.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Egalité de genre : "Les preuves des bénéfices à gagner sont criantes", selon Kristalina Georgieva

Education : "baisse inédite" des résultats de l'étude Pisa, y compris pour la France

L'immigration en hausse dans les pays de l'OCDE