EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Contre-offensive : les Ukrainiens "progressent", assure le chef de l'Otan

Euronews
Euronews Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée ukrainienne "progresse" dans sa contre-offensive, a assuré mardi le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, reçu par le président américain Joe Biden.

PUBLICITÉ

"Plus les Ukrainiens pourront libérer de territoire, meilleure sera leur position à la table des négociations", a estimé le chef de l'alliance de défense, assis dans le Bureau Ovale aux côtés du président américain, le principal architecte du soutien occidental à l'Ukraine.

Les Etats-Unis ont d'ailleurs annoncé mardi une aide militaire supplémentaire de 325 millions de dollars, visant notamment à renforcer la défense aérienne ukrainienne. Premier pays donateur à l'Ukraine, ils ont livré ou promis plus de 39,7 milliards de dollars d'armements divers aux forces de Kyiv depuis l'invasion russe le 24 février 2022.

Joe Biden a pour sa part évoqué le prochain sommet annuel de l'Otan à Vilnius (Lituanie), qui se tiendra en juillet. "Nous avons renforcé le flanc oriental de l'Otan, et bien fait comprendre que nous défendrons le moindre pouce de territoire" des pays membres de l'alliance, a dit le président américain, en assurant que lors du sommet, "nous continuerons sur cette lancée".

Stoltenberg sur le départ

Cette réunion annuelle sera en théorie la dernière pour Jens Stoltenberg, plusieurs fois prolongé à son poste et dont le mandat s'achève cet automne. "Je suis absolument persuadé que (les 31 pays membres) vont trouver un excellent successeur", a dit le Norvégien à CNN mardi, assurant que sa "priorité pour l'instant (était) de diriger l'alliance jusqu'à la fin de (son) mandat".

Plusieurs spéculations courent sur la succession de Jens Stoltenberg : une prolongation pour ce dernier, la nomination de la première femme à ce poste, par exemple la Première ministre danoise Mette Frederiksen, ou alors un tout autre choix en la personne du ministre britannique de la Défense, Ben Wallace. Joe Biden a récemment estimé à propos de ce dernier qu'il était "très qualifié" mais qu'il faudrait trouver un "consensus" au sein de l'Otan, une organisation parfois traversée de tensions comme l'illustre la procédure compliquée d'adhésion de la Suède.

Ankara bloque depuis treize mois l'entrée de la Suède dans l'Alliance atlantique, lui reprochant sa mansuétude envers les militants kurdes qu'elle héberge sur son sol. Jens Stoltenberg a assuré qu'il était "très confiant" malgré tout et a souligné les efforts faits par la Suède pour trouver une entente avec la Turquie.

Stockholm a annoncé lundi l'extradition vers la Turquie d'un partisan du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), condamné dans son pays pour trafic de drogue, répondant de facto à une condition posée par Ankara pour l'entrée dans l'Otan.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : six morts dans des frappes russes à Odessa et dans l'Est

Des bombardements russes sur Kryvyi Rih mercredi font au moins 8 morts

Encore une nuit sous les bombes en Ukraine, la capitale frappée