EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Tête à tête à l'Élysée entre Macron et le prince héritier saoudien

Visite de MBS à l'Elysée le 16 juin 2023
Visite de MBS à l'Elysée le 16 juin 2023 Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP or licensors
Tous droits réservés LUDOVIC MARIN/AFP or licensors
Par AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La guerre en Ukraine, l'Iran, en passant par la crise libanaise et la Syrie seront au menu de cet entretien

PUBLICITÉ

Le président français Emmanuel Macron a accueilli vendredi à Paris le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, pour un déjeuner de travail avec au menu quelques grands sujets internationaux: de la guerre en Ukraine à l'Iran, en passant par la crise libanaise et la Syrie.

Ni Emmanuel Macron ni "MBS", le surnom du jeune (37 ans) dirigeant de facto du riche royaume pétrolier n'ont fait de commentaires. 

La présidence française avait évoqué plus tôt "un déjeuner en tête à tête", avec pour objectif de "donner des perspectives bilatérales et étudier les grands dossiers du moment, qu'ils soient régionaux ou qu'il s'agisse de l'Ukraine".

C'est la deuxième visite du prince, après celle de juillet 2022, qui avait suscité l'indignation des défenseurs des droits humains et de la gauche française. 

MBS revenait alors à Paris pour la première fois depuis l'assassinat en 2018 en Turquie du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, imputé au prince héritier notamment par le renseignement américain, et qui lui vaut une réputation sulfureuse en Occident.

Emmanuel Macron tente actuellement de convaincre les pays émergents de condamner l'invasion russe de l'Ukraine.

Il devait souligner "à quel point la question de l'Ukraine est importante" dans le monde entier et "comment l'Arabie saoudite peut exercer son influence, y compris sur la Russie", a indiqué la présidence avant le déjeuner.

Contexte mouvant

"La rencontre est importante pour les deux côtés dans un contexte international et moyen-oriental mouvant", souligne Ziad Majed, professeur à l'université américaine de Paris.

La France, "seul acteur occidental qui préserve des liens avec l'Iran tout en étant un allié des monarchies du Golfe", s'efforce "depuis un moment" de revenir sur la scène moyen-orientale, explique-t-il à l'AFP.

MBS s'est, lui, clairement positionné comme soutenant un ordre et une stabilité régional, même si cela passe par "l'étouffement de la contestation", ajoute le professeur.

En témoigne le sort de sept jeunes Saoudiens, condamnés à mort pour "de soi-disant crimes" commis quand ils étaient mineurs, selon Amnesty international. Le plus jeune avait, selon l'ONG, 12 ans au moment des faits.

Pour la secrétaire générale d'Amnesty France Agnès Callamard, Emmanuel Macron doit "tout faire" pour leur sauver la vie. L'Elysée rappelle à cet égard que la France est opposée en toutes circonstances à la peine de mort.  

Ahmed Benchemsi, de l'ONG Human Rights Watch, déplore lui aussi la tenue de cette visite.

"Je trouve regrettable de serrer la main d'un dirigeant dont la responsabilité dans l'assassinat barbare d'un journaliste a été démontrée, en faisant comme si de rien n'était", a-t-il estimé. 

MBS prévoit de rester longtemps en France où il possède plusieurs demeures, dont un somptueux château à Louveciennes, près de Paris.

Il entend notamment défendre les intérêts économiques du Royaume et pousser sa candidature à l'exposition universelle de 2030, soutenue par Paris. Il assistera à la réception officielle de présentation de candidature.

Il participera aussi les 22 et 23 juin au sommet pour un nouveau pacte financier mondial organisé par l'Élysée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Mettre MBS et Macron dans l'embarras, c'est déjà une victoire" | trois questions à Agnès Callamard

Mohammed ben Salmane reçu par Emmanuel Macron : une "réhabilitation" qui inquiète

Assassinat de Jamal Khashoggi : plainte déposée en France contre Mohammed ben Salmane