EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Singapour exécute une femme accusée de trafic de drogue, une première en 20 ans

Une Singapourienne a été exécutée pour avoir vendu un peu plus de 3O grammes d'héroïne.
Une Singapourienne a été exécutée pour avoir vendu un peu plus de 3O grammes d'héroïne. Tous droits réservés Vincent Thian/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Vincent Thian/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Singapour a pendu vendredi l'une de ses ressortissantes, âgée de 45 ans, pour trafic de drogue, la première femme exécutée par la ville-Etat en près de 20 ans, reconnue coupable du trafic de 30,72 grammes d'héroïne.

PUBLICITÉ

"La peine capitale imposée à Saridewi Binte Djamani a été exécutée le 28 juillet 2023", a déclaré le Bureau central des stupéfiants dans un communiqué. Elle a été reconnue coupable du trafic de 30,72 grammes d'héroïne, soit plus de deux fois le volume passible de peine de mort à Singapour.

Mme Djamani, qui a été condamnée en 2018, "a bénéficié d'une procédure régulière en vertu de la loi et a été représentée par un avocat tout au long de la procédure", a déclaré l'institution dans un communiqué. "Elle a fait appel de sa condamnation et de sa peine, et la Cour d'appel a rejeté son appel le 6 octobre 2022", a déclaré le bureau, ajoutant que son appel à la clémence présidentielle a également été rejeté.

Mme Djamani est la première femme à être exécutée dans la ville-Etat depuis la sentence en 2004 Yen May Woen, une Singapourienne pendue pour trafic de drogue.

Les exécutions judiciaires ont repris dans le centre financier asiatique en mars 2022, après une pause de deux ans pendant la pandémie de Covid-19. Depuis, 15 prisonniers ont été tués. Mercredi, Mohd Aziz bin Hussain, un résident de 57 ans, a été pendu pour le trafic d'environ 50 grammes d'héroïne.

Le groupe local de défense des droits Transformative Justice Collective a déclaré vendredi avoir confirmé qu'un **autre condamné à mort pour trafic de drogue devait être exécuté le 3 août.**Le condamné est Singapourien qui travaillait comme chauffeur-livreur avant son arrestation en 2016. Il a été condamné en 2019 pour le trafic d'environ 50 grammes d'héroïne.

Pas de réforme en vue

"Cette semaine a jeté une lumière crue et tragique sur l'absence totale de réforme de la peine de mort à Singapour", a déclaré Chiara Sangiorgio, spécialiste de la question de la peine de mort pour l'ONG Amnesty International. "Alors que la plupart des pays du monde tournent le dos à ce châtiment cruel, le gouvernement de Singapour continue d'exécuter des personnes pour des infractions liées à la drogue, en violation du droit international relatif aux droits humains et des normes internationales en la matière", a-t-il ajouté.

Les groupes de défense des droits affirment que l'effet dissuasif de la peine capitale sur la criminalité n'avait pas été démontré. Mais Singapour insiste sur le fait que la peine de mort a contribué à en faire l'un des pays les plus sûrs d'Asie.

Le riche centre financier asiatique applique l'une des législations les plus sévères au monde en matière de stupéfiants: le trafic de plus de 500 grammes de cannabis ou de plus de 15 grammes d'héroïne est passible de la peine de mort.

Selon Amnesty international, Singapour fait partie des quatre pays - avec la Chine, l'Iran et l'Arabie saoudite - dont il a été confirmé qu'ils ont exécuté des prisonniers pour des délits liés aux stupéfiants l'année dernière.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une exposition en hommage aux femmes qui ont combattu les nazis à Berlin

No comment : En Equateur, des femmes inventent un sport qui leur est réservé

Les Hongrois aspergent d'eau froide les femmes pour Pâques