EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Niger : l'ultimatum de la Cedeao arrive à échéance

Partisans du putsch, Niamey, le 3 août 2023
Partisans du putsch, Niamey, le 3 août 2023 Tous droits réservés Sam Mednick/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Sam Mednick/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La crainte d'une intervention militaire au Niger : la Cedeao a donné jusqu'à dimanche soir à la junte de Niamey pour rétablir dans ses fonctions le président Mohamed Bazoum.

PUBLICITÉ

La Cedeao laisse encore quelques heures au putschistes de Niamey pour rétablir le président Mohamed Bazoum dans ses fonctions.

Le bloc ouest-africain a laissé à la junte jusqu'à dimanche soir pour quitter le pouvoir.

À l'issue de l'ultimatum, la Cedeao dit être prête pour à une intervention militaire.

Abdel-Fatau Musah, Commissaire de la Cedeao pour les Affaires politiques et la sécurité : "Nous voulons que la diplomatie fonctionne, et nous voulons que ce message soit clairement transmis aux dirigeants de la junte au Niger que nous leur donnons toutes les chances de revenir sur ce qu'ils

À l'instar du Sénégal et de la Côte d'Ivoire, plusieurs pays ouest-africains se disent prêts à envoyer des soldats au Niger.

Selon la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna, il s'agit du "coup d'Etat de trop" et "la menace du recours à une intervention" militaire de la Cedeao est à prendre "très au sérieux".

De leur côté, le Mali et le Burkina Faso promettent de soutenir les putschistes en cas d'intervention.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Niger : la diplomatie toujours privilégiée sans aucune avancée en vue

Des troupes russes et américaines stationnées sur une même base militaire au Niger

Les premières troupes françaises quittent le Niger sous la pression de la junte militaire