EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Haïti : les violences des gangs ont fait plus de 2 400 morts depuis le début de l'année

Un homme tient une machette lors d'une manifestation contre l'insécurité à Carrefour-Feuilles, un quartier de Port-au-Prince, Haïti, le 14 août 2023.
Un homme tient une machette lors d'une manifestation contre l'insécurité à Carrefour-Feuilles, un quartier de Port-au-Prince, Haïti, le 14 août 2023. Tous droits réservés RICHARD PIERRIN/AFP or licensors
Tous droits réservés RICHARD PIERRIN/AFP or licensors
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les violences en bandes armées ont fait plus de 2 400 morts en Haïti, depuis le début de l'année. La semaine dernière, 30 personnes ont été tuées dans un quartier de Port-au-Prince.

PUBLICITÉ

"Entre le 1er janvier et le 15 août de cette année, au moins 2 439 personnes ont été tuées et 902 autres blessées", a déclaré la porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Ravina Shamdasani, lors d'un briefing de l'ONU à Genève.

En réponse à la violence persistante des gangs et à l'insécurité généralisée, il y a eu une augmentation des mouvements de "justice populaire" ou des groupes d'autodéfense.

Haïti est englué depuis des années dans une profonde crise économique, sécuritaire, et politique, qui a renforcé l'emprise des gangs.

Ces bandes armées contrôlent environ 80% de la capitale haïtienne et les crimes violents sont fréquents.

RICHARD PIERRIN/AFP or licensors
Une moto roule à côté de la fumée des pneus en feu lors d'une manifestation contre l'insécurité à Port-au-Prince, Haïti, le 14 août 2023.RICHARD PIERRIN/AFP or licensors

"Depuis le 24 avril jusqu'à la mi-août, plus de 350 personnes ont été lynchées par la population locale et des groupes d'autodéfense. Parmi les personnes tuées figurent 310 membres présumés de gangs, 46 membres du public et un policier", a souligné Ravina Shamdasani.

Face à la vague de violences, qui s'est encore intensifiée entre le 11 et le 15 août, Volker Türk, le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme demande que des mesures soient prises d'urgence à la suite de l'appel du Secrétaire général des Nations unies en faveur d'une force multinationale non onusienne pour aider la police haïtienne à faire face à la situation

"Les droits humains du peuple haïtien doivent être protégés et ses souffrances atténuées", a souligné Volker Türk, qui a visité le pays en février.

30 morts dans un quartier de Port-au-Prince

Les assauts répétés d’un gang contre les habitants d'un quartier de la capitale haïtienne Port-au-Prince ont fait 30 morts le 11 août, dont 2 policiers, 4 disparus et plus d’une dizaine de blessés.

La semaine dernière, des milliers d'habitants ont fui le quartier de Carrefour-Feuilles, quartier stratégique pour les gangs, qui contrôlent une grande partie de ce pays pauvre ravagé par l'insécurité. Le gang à l'origine de l'attaque, dirigé par Renel Destina, a pillé et incendié des maisons. Certaines des victimes ont été tuées à l'arme automatique.

RICHARD PIERRIN/AFP or licensors
Des résidents évacuent la commune de Carrefour Feuilles à Port-au-Prince, Haïti, le 15 août 2023, alors que la violence des gangs continue de sévir dans la capitale haïtienne.RICHARD PIERRIN/AFP or licensors

Depuis le début de la semaine, ces violences ont provoqué la fuite de plus de 5 000 personnes selon Jerry Chandler, directeur général de la Protection civile haïtienne.

Ils ont quitté Carrefour-Feuilles à pied, à moto ou entassés dans des voitures, certains essayant d'emporter une poignée d'affaires personnelles, une valise sur la tête ou des matelas sur le toit de la voiture. Parmi eux, "des femmes, des enfants, des vieillards", a expliqué Jerry Chandler.

Ces milliers de déplacés ont trouvé refuge dans des établissements scolaires ou dans un centre sportif, d'autres dans la rue, avec ou sans tentes de fortunes pour s'abriter. Les autorités ont annoncé jeudi avoir commencé à distribuer des plats chauds et de l’eau potables aux sinistrés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Haïti : de nouveaux affrontements entre gangs et police

Le pape demande la libération de six religieuses enlevées en Haïti

Plus de 53 000 personnes ont fui Port-au-Prince, en moins de trois semaines