EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les Palestiniens attendent désespérément l'aide humanitaire promise à Gaza

Gaza.
Gaza. Tous droits réservés MAHMUD HAMS/AFP or licensors
Tous droits réservés MAHMUD HAMS/AFP or licensors
Par Valérie Gauriat
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Palestiniens bloqués à Gaza attendent désespérément jeudi les camions d'aide humanitaire promis par le président américain, Joe Biden, et l'Egypte, au 13e jour d'une guerre meurtrière qui se poursuit, en dépit d'une intense activité diplomatique.

PUBLICITÉ

L'offensive israélienne à Gaza n'a pas baissé d'intensité après la visite du président américain Joe Biden dans la région. Les frappes aériennes ont détruit des cibles à travers toute la bande de Gaza

Au sud de l'enclave, au poste frontière de Rafah, des camions d'aide humanitaire attendent toujours de passer malgré le feu vert du président égyptien.

Valerie Gauriat est l'envoyée spéciale d'Euronews sur place.

"La nuit n'a pas été calme après la visite du président américain Biden en Israël. Des frappes aériennes israéliennes ont été signalées dans la partie sud de Gaza, tuant une famille. Deux Palestiniens auraient été tués lors d'affrontements avec des soldats en Cisjordanie, où de nombreuses arrestations ont eu lieu.

_De son côté, l'armée israélienne a déclaré avoir tiré sur des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse à des tirs antichars dans le nord d'Israël.
_

Il n'y a pas de détails concernant une éventuelle offensive terrestre à Gaza, après que le Premier ministre israélien Netanyahu a déclaré que le soutien des États-Unis changerait l'équation de cette guerre.

_Dans le même temps, 3 000 tonnes d'aide attendent au point de passage de Rafah, du côté égyptien. L'Egypte a accepté de laisser passer 20 camions de nourriture et d'eau. Mais la route du côté égyptien doit être réparée. Elle a été endommagée par les frappes aériennes israéliennes à Gaza. Israël exige également que des zones de sécurité soient identifiées pour l'acheminement de l'aide, afin d'éviter que le Hamas ne s'empare de cette aide.
_

Pendant ce temps, un demi-million de personnes s'entassent dans les facultés de l'ONU, des personnes déplacées. Les installations sont surpeuplées. On rapporte que de nombreuses familles retournent ou envisagent de retourner chez elles dans le nord, car elles estiment qu'elles ne peuvent être en sécurité nulle part à Gaza".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Rafah : les réfugiés obligés de quitter des camps qui ne sont plus en "zone sûre"

Guerre à Gaza : la pression internationale se fait plus forte sur Israël

Les chrétiens orthodoxes célèbrent Pâques