EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Eclaboussé par une affaire de corruption, le Premier ministre portugais présente sa démission

Antonio Costa
Antonio Costa Tous droits réservés Virginia Mayo/AP
Tous droits réservés Virginia Mayo/AP
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'affaire éclaboussant le Premier ministre porte, selon le parquet, sur des soupçons de "malversation, corruption active et passive de titulaires de fonctions politiques et trafic d'influence" dans le cadre de l'attribution de licences d'exploration de lithium et de production d'hydrogène.

PUBLICITÉ

Eclaboussé par une affaire de corruption ayant conduit à l'inculpation de l'un de ses ministres et de son chef de cabinet, le Premier ministre portugais, le socialiste Antonio Costa, a annoncé mardi avoir présenté sa démission.

"Les fonctions de Premier ministre ne sont pas compatibles avec un quelconque soupçon portant sur mon intégrité. Dans ces circonstances, j'ai présenté ma démission au président de la République", le conservateur Marcelo Rebelo de Sousa, a-t-il déclaré devant la presse.

Il revient désormais au chef de l'Etat de l'accepter. "L_'avenir dépendra des décisions du président_", a ajouté Antonio Costa, l'un des rares socialistes à la tête d'un gouvernement européen.

L'affaire éclaboussant le Premier ministre portugais porte, selon le parquet, sur des soupçons de "malversation, corruption active et passive de titulaires de fonctions politiques et trafic d'influence" dans le cadre de l'attribution de licences d'exploration de lithium et de production d'hydrogène.

Au cours de l'enquête, "le nom et l'autorité du Premier ministre ont également été cités par les suspects", a indiqué mardi le ministère public dans un communiqué.

Soupçonné d'être lui-même intervenu "pour débloquer des procédures" dans le cadre de cette affaire, Antonio Costa fera "l'objet d'une enquête" autonome, toujours selon le parquet.

Au cours de son allocution devant la presse, M. Costa s'est dit "surpris" par l'ouverture de cette enquête.

Les enquêteurs s'intéressent plus précisément à la concession de licences "d'exploration de mines de lithium" dans le nord du Portugal, à "un projet de production d'énergie à partir d'hydrogène" et à "un projet de construction d'un data center de la société Start Campus" à Sines, à une centaine de kilomètres au sud de Lisbonne.

Mardi matin, des perquisitions ont été menées dans la résidence officielle du Premier ministre, dans plusieurs domiciles, dans des ministères et des cabinets d'avocat.

Compte tenu des éléments recueillis par les enquêteurs, du "risque de fuite et de poursuite de l'activité criminelle", la justice a émis "des mandats d'arrêt" à l'encontre du chef de cabinet de M. Costa, du maire de Sines et de deux administrateurs de Start Campus.

Le ministre portugais des infrastructures Joao Galamba a été pour sa part inculpé, tout comme le président du conseil de direction de l'Agence portugaise pour la protection de environnement (APA).

Scandales à répétition

L'APA avait annoncé début septembre avoir accordé son feu vert, sous certaines conditions, à un deuxième projet dans le pays d'exploitation minière de lithium, un métal utilisé pour la fabrication de batteries et essentiel à la transition énergétique.

Le Portugal, qui détient les premières réserves de lithium en Europe, en est déjà le principal producteur, mais pour l'instant sa production sert entièrement à la céramique et à la verrerie.

Un premier projet de mine de lithium avait aussi obtenu, sous conditions, une autorisation de l'APA en mai dernier.

Ces projets miniers sont contestés par des ONG écologistes et une partie de la population locale de cette région rurale.

Après sa large victoire électorale le 30 janvier 2022, qui lui a donné une majorité absolue censée garantir la stabilité de son gouvernement, M. Costa a vu sa popularité dégringoler en raison de scandales à répétition.

L'un des plus marquants est le "TAPgate"", du nom de la compagnie aérienne publique. Plus d'une dizaine de ministres et de secrétaires d'Etat ont déjà quitté leur poste en raison de cette affaire.

Ce scandale a éclaté il y a près d'un an suite aux révélations sur le versement d'une indemnité de départ de 500 000 euros à une administratrice de TAP. Celle-ci a ensuite pris les commandes de l'entreprise de contrôle aérien et atterri quelques mois plus tard au poste de secrétaire d'Etat au Trésor.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives portugaises : lancement officiel de la campagne

Élections anticipées le 10 mars 2024 au Portugal

Portugal : l'opposition donnée gagnante aux élections législatives du mois de mars (sondage)