Octobre 2023, le mois le plus chaud dans le monde

Les habitants d'une communauté riveraine transportent de la nourriture et des récipients d'eau potable en raison de la sécheresse persistante et des températures élevées qui a
Les habitants d'une communauté riveraine transportent de la nourriture et des récipients d'eau potable en raison de la sécheresse persistante et des températures élevées qui a Tous droits réservés Edmar Barros/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avec une température moyenne de 15,38° C à la surface du globe, le mois d'octobre 2023 dépasse le précédent record d'octobre 2019. Octobre 2023 est plus chaude de 1,7° C que la moyenne d'un mois d'octobre sur la période 1850-1900 selon Copernicus.

PUBLICITÉ

2023 continue sa course aux sommets du thermomètre: le mois d'octobre a été le plus chaud jamais enregistré dans le monde, poursuivant une succession de records mensuels entamée en juin, a annoncé mercredi l'observatoire européen Copernicus, pour qui 2023 dépassera avec une "quasi-certitude" le record annuel de 2016.

"Nous pouvons affirmer avec une quasi-certitude que 2023 sera l'année la plus chaude dans les annales" et "le sentiment de devoir prendre d'urgence des mesures climatiques ambitieuses à l'approche de la COP28 n'a jamais été aussi fort", a déclaré Samantha Burgess, cheffe adjointe du service changement climatique (C3S) de Copernicus, dans un communiqué.

Le mois écoulé, avec une moyenne de 15,38°C à la surface du globe, dépasse le record précédent d'octobre 2019 de 0,4°C, selon Copernicus. L'anomalie est "exceptionnelle" pour les températures mondiales.

En Espagne, cette période estivale a battu le record de 2019, avec 0,4 degré de plus. Malgré de forts intempéries, certaines régions d'Europe ont connu des températures élevées et même des feux de forêt.

Les impacts réels du changement climatique se font déjà sentir... Comme en Italie, où la baisse de la production d’huile d’olive est l'une des conséquences les plus visibles.

Un nouveau rapport de l'ONU révèle que dans les années à venir, les principaux pays producteurs de pétrole, de gaz et de charbon prévoient d'extraire plus du double de la quantité de combustibles fossiles recommandée par l'Accord de Paris sur le climat.

L'accord de 2015 vise pourtant à maintenir la hausse de la température mondiale en dessous de 1,5 degré Celsius. Le rapport indique également que les gouvernements prévoient de produire 110 % d'énergie issue combustibles fossiles de plus que ce qui est nécessaire pour respecter cette limite.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Cube : la climatisation rend-elle les villes plus chaudes ?

50 % de chances que 2023 soit l'année la plus chaude jamais observée, selon la NASA

Juillet 2023, mois le plus chaud jamais enregistré