EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Argentine : le nouveau président ultralibéral Javier Milei annonce un "choc" d'austérité

Javier Milei avec le président sortant Alberto Fernandez à Buenos Aires, Argentine, dimanche 10 décembre 2023.
Javier Milei avec le président sortant Alberto Fernandez à Buenos Aires, Argentine, dimanche 10 décembre 2023. Tous droits réservés Natacha Pisarenko/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Natacha Pisarenko/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ultralibéral Javier Milei est devenu dimanche président de l'Argentine, annonçant un inévitable "choc" d'austérité, et avertissant d'emblée que la situation économique dans le pays va "empirer" à court terme.

PUBLICITÉ

L'Argentine entre dans une "nouvelle ère". L'ultralibéral Javier Milei a été investi président ce dimanche, en prêtant serment trois semaines après sa retentissante victoire électorale. Ce nouveau venu sur la scène politique argentine, âgé de 53 ans, a juré d'honorer sa charge avec "loyauté et patriotisme" et a revêtu l'écharpe présidentielle bleu et blanc.

Dans la foulée de la brève cérémonie, Javier Milei a prononcé son premier discours de président, non pas devant les parlementaires comme c'est la tradition, mais face à la foule depuis les marches du Parlement.

Javier Milei a été investi sous le regard de dirigeants ou politiciens nationalistes, comme l'ex-président d'extrême droite brésilien Jair Bolsonaro, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán ou encore Santiago Abascal, le chef de la formation espagnole d'extrême droite Vox. Le roi d'Espagne Felipe VI était également présent, ainsi que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui a pu s'entretenir avec Viktor Orbán et rencontrer d'autres dirigeants d'Amérique latine.

Milei, un économiste surtout connu pendant des années comme panéliste polémique prisé des plateaux TV, a renversé la politique argentine. Élu député en 2021, il a balayé les blocs péroniste (centre-gauche) et de droite, qui alternaient au pouvoir depuis 20 ans, avec un message dégagiste.

Le 19 novembre, il a signé une victoire qui a surpris par son ampleur, en l'emportant au second tour de la présidentielle face au ministre de l'Economie centriste sortant, Sergio Massa, avec 55,6% des voix.

Troisième économie d'Amérique latine mais confrontée à une inflation chronique, à 143% sur un an, un endettement structurel, et 40% de pauvreté, l'Argentine se prépare dans les prochains jours ou semaines à des ajustements douloureux, le président ayant promis une thérapie de choc pour réduire la dépense publique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Javier Miliei annonce que l'Argentine ne rejoindra pas le groupe des BRICS

La victoire de Javier Milei soulève des questions sur l’accord commercial UE – Mercosur

Qui est Javier Milei, le président élu de l'Argentine ?