Javier Miliei annonce que l'Argentine ne rejoindra pas le groupe des BRICS

Le nouveau président argentin Javier Milei, 2023.
Le nouveau président argentin Javier Milei, 2023. Tous droits réservés AP Photo/Matilde Campodonico
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'Argentine était l'un des six pays invités en août à rejoindre les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) pour former un bloc de 11 nations.

PUBLICITÉ

L'Argentine a officiellement annoncé vendredi qu'elle ne rejoindrait pas les bloc des économies en développement des BRICS, le dernier en date des changement radicaux de politique étrangère et économique du nouveau président argentin populiste Javier Milei.

Dans une lettre adressée aux dirigeants du Brésil, de la Russie, de l'Inde, de la Chine et de l'Afrique du Sud - tous membres de l'alliance - M. Milei a déclaré que le moment n'était pas "opportun" pour que l'Argentine devienne membre à part entière. La lettre a été datée d'une semaine, le 22 décembre, mais publiée par le gouvernement argentin vendredi, le dernier jour ouvrable de l'année 2023.

L'Argentine était l'un des six pays invités en août à rejoindre les BRICS pour former un bloc de 11 nations. L'Argentine devait rejoindre le groupe le 1er janvier 2024.

Cette décision intervient alors que l'Argentine est ébranlée par l'aggravation de la crise économique.

Le prédécesseur de M. Milei, l'ancien président de centre-gauche Alberto Fernandez, a soutenu l'adhésion à l'alliance comme une opportunité d'atteindre de nouveaux marchés. Les BRICS représentent actuellement environ 40 % de la population mondiale et plus d'un quart du PIB mondial.

Mais les turbulences économiques ont laissé de nombreux Argentins désireux de changement, ce qui a conduit M. Milei, un outsider politique, à la présidence.

Celui qui se définit lui-même comme un "anarcho-capitaliste" - un courant du libéralisme qui aspire à éliminer l'État - a mis en œuvre une série de mesures visant à déréglementer l'économie, marquée ces dernières décennies par un fort interventionnisme de l'État.

En matière de politique étrangère, il a proclamé un alignement total sur les "nations libres de l'Occident", en particulier les États-Unis et Israël.

Tout au long de la campagne présidentielle, M. Milei a également dénigré les pays gouvernés "par le communisme" et a annoncé qu'il n'entretiendrait pas de relations diplomatiques avec eux, malgré l'augmentation des investissements chinois en Amérique du Sud.

Cependant, à son homologue Luiz Inácio Lula Da Silva du Brésil voisin et aux autres dirigeants des membres à part entière des BRICS - Xi Jinping, Narenda Mondi, Vladimir Poutine et Matamela Ramaphosa - M. Milei a proposé d'"intensifier les liens bilatéraux" et d'augmenter "les flux commerciaux et d'investissement".

Le nouveau président argentin a également exprimé sa volonté de tenir des réunions avec chacun des cinq dirigeants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Argentine : le nouveau président ultralibéral Javier Milei annonce un "choc" d'austérité

Le nouveau président argentin Javier Milei face à une première grève d'ampleur

Argentine : des réformes du droit du travail de Javier Milei suspendues