Un baron de la "Mocro Maffia" néerlandaise interpellé en Espagne

Karim Bouyakhrichan introduisait de la cocaïne en Espagne depuis les Pays-Bas.
Karim Bouyakhrichan introduisait de la cocaïne en Espagne depuis les Pays-Bas. Tous droits réservés Paul White/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ce jeudi, la police espagnole annonce l’arrestation d’un baron de la "Mocro Maffia", une organisation criminelle d’origine marocaine établie aux Pays-Bas.

PUBLICITÉ

La police espagnole a annoncé l'arrestation d'un baron de la "Mocro Maffia", organisation criminelle d'origine marocaine établie aux Pays-Bas. Celui-ci est accusé d'avoir dirigé un réseau de trafic de drogue ayant acquis au moins 172 propriétés dans le sud de l'Espagne. Cinq autres membres du réseau ont également été arrêtés lors de l'opération. 

"Nous avons réussi à arrêter le chef d'un clan de la Mocro Maffia, qui était une cible prioritaire pour les Pays-Bas et la police espagnole", a déclaré lors d'une conférence de presse Fernando Alonso, chef de l'Unité de lutte contre la criminalité économique et fiscale (UDEF).

Des sources policières ont identifié l'homme arrêté comme étant Karim Bouyakhrichan, frère de Samir, également membre de la Mocro Maffia. Surnommé "Scarface" en raison d'une cicatrice sous l'œil droit, ce dernier a été tué en 2014 près de Marbella, dans le sud de l'Espagne. Selon Daniel Vázquez, inspecteur en chef de l'UDEF, ce meurtre a entraîné une "réorganisation des clans" dans cette région et déclenché l'enquête policière ayant abouti à l'arrestation de Karim Bouyakhrichan.

6 millions d’euros blanchis

Cinq autres membres du réseau ont également été arrêtés lors de l'opération, dont "le cerveau de la structure de blanchiment", selon Daniel Vázquez, qui a précisé que l'enquête était toujours en cours et n'a pas exclu d'autres arrestations. Karim Bouyakhrichan, actuellement en détention provisoire, était selon la police à la tête d'un réseau dédié au "trafic international de stupéfiants à grande échelle", principalement de la cocaïne qu'il introduisait en Espagne, mais aussi "au blanchiment d'argent". Ce réseau aurait blanchi au total "6 millions d'euros" grâce à "une solide infrastructure" notamment "maritime et commerciale", présente dans plusieurs villes d'Espagne ainsi qu'au Maroc, en République dominicaine, aux Pays-Bas et aux Émirats arabes unis, d'après la police.

Les autorités ont saisi au total 172 biens immobiliers appartenant à l'organisation, d'une valeur estimée à 50 millions d'euros. La police était sur la piste de Karim Bouyakhrichan depuis cinq ans. Selon Daniel Vázquez, celui-ci était très difficile à traquer car il se déplaçait d'un pays à l'autre, disposait de son propre service de sécurité et "était très prudent dans ses communications". Bouyakhrichan et les autres détenus, dont la police n'a pas précisé la nationalité, seront jugés en Espagne, puis envoyés aux Pays-Bas, qui ont demandé leur extradition afin de les poursuivre pour des crimes perpétrés dans ce pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une « Alliance des ports » européens pour lutter contre le trafic de drogue

Pays-Bas : Neuf hommes jugés pour le meurtre d’un célèbre journaliste sur fond de trafic de drogue

Albanie : vaste opération anti-drogue, 273 personnes arrêtées