La Commission européenne lance une procédure à l’encontre de l’Italie

EBU
EBU Tous droits réservés Martino Masotto/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Martino Masotto/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Par Giorgia Orlandi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Commission européenne lance une procédure à l’encontre de l’Italie. Bruxelles reproche à Rome de ne pas respecter les règles en matière de chasse.

PUBLICITÉ

La Commission européenne a récemment lancé une procédure d'infraction contre l'Italie pour non-respect des règles en matière de chasse. La Commission a constaté que plusieurs textes législatifs introduits par le gouvernement de Giorgia Meloni enfreignent les règles de l'UE.

Il semble que le gouvernement actuel ait accordé aux régions le pouvoir d'autoriser l'abattage ou la capture d'espèces sauvages, même dans les zones où la chasse n'est pas autorisée.

Selon la Commission, l'Italie ne respecte pas les règles relatives à l'utilisation du plomb dans les munitions. Rome est également accusée de ne pas protéger plusieurs espèces lors des activités de pêche. Le gouvernement italien dispose de deux mois pour réagir et modifier la loi.

La principale association nationale de chasseurs italiens est convaincue que le gouvernement clarifiera sa position sur la question et affirme qu'elle n'a aucunement l'intention d'enfreindre la loi.

Toutefois, selon l'Organisation italienne pour les droits, la protection et le bien-être des animaux, cette infraction est motivée par des considérations politiques et le gouvernement actuel ne fait pas grand-chose pour protéger l'environnement. 

Carla Rocchi, est la présidente de l'ENPA (Organisation nationale pour la protection des animaux)

"Si les chasseurs italiens ont trouvé des représentants au sein de la coalition au pouvoir, il est évident que leurs intérêts sont pris en compte. En général, les partis politiques accordent la priorité aux demandes de certains groupes de pression dans le but d'obtenir des votes. Cette dynamique s'étend à des domaines tels que les droits des animaux, l'environnement et divers autres secteurs politiques. À l'heure actuelle, la probabilité que les intérêts publics soient pris en compte semble assez faible."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tunisie : des ONG appellent à secourir des migrants chassés de Sfax

Plusieurs pays proposent de former les pilotes ukrainiens sur les avions de chasse F-16

Les défenseurs des animaux se réjouissent de la suspension de la chasse à la baleine en Islande