Des milliers de partisans de l'ancien président Bolsonaro réunis à Sao Paulo

Environ 185 000 personnes ont manifesté dimanche en faveur de l'ancien président brésilien.
Environ 185 000 personnes ont manifesté dimanche en faveur de l'ancien président brésilien. Tous droits réservés AP Photo/Andre Penner
Tous droits réservés AP Photo/Andre Penner
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Désormais inéligible pendant huit ans, l'ex-président Bolsonaro fait l'objet de nouvelles investigations qui pourraient théoriquement le mener en prison.

PUBLICITÉ

C'est une véritable marée humaine qui a envahi dimanche l'une des plus grandes avenues de la capitale économique brésilienne. Arborant le drapeau brésilien jaune et vert du Brésil, devenu emblème des bolsonaristes, une foule d'environ 185 000 personnes (selon des estimations) s'est rassemblée pour manifester son soutien à son héro, menacé par une nouvelle enquête policière pour laquelle il risque théoriquement d'être mis en prison.

L'ex-président d'extrême droite affirme depuis des mois être victime de persécutions politiques depuis qu'il a quitté ses fonctions il y a un peu plus d'un an après sa défaite face à Lula, son successeur. 

L'ancien militaire est désormais inéligible pour huit ans. En juin dernier, il a été condamné par la plus haute instance brésilienne pour avoir abusé de son pouvoir et jeté des doutes infondés sur le système de vote électronique du pays.

Des accusations qualifiées de mensonge par l'ex-président. Plus grave encore : la police brésilienne enquête à présent pour savoir si l'ancien président a incité à un coup d’État manqué après avoir perdu les élections de 2022.

Les enquêtes de la police fédérale incluent également des généraux militaires parmi ceux qui auraient fomenté un coup d'État pro-Bolsonaro lors des émeutes de la capitale Brasilia l'année dernière.

L'ex-président est également accusé d'avoir reçu illégalement des bijoux d'Arabie saoudite pendant sa présidence.

Durant la manifestation, de nombreux participants se sont plaints que Bolsonaro soit persécuté par la Cour suprême du Brésil et ont affirmé que le président Luiz Inácio Lula da Silva avait injustement remporté sa courte victoire aux élections de 2022.

Certains partisans portaient également des drapeaux israéliens en signe de défi envers le président actuel, qui a fait l'objet de nombreuses critiques dans son pays pour avoir comparé l'offensive militaire israélienne à Gaza à l'Holocauste.

"Ce que je recherche, c’est la pacification, c’est effacer le passé", a déclaré Bolsonaro dans un discours alors qu’il tenait lui-même un drapeau israélien. Il a également réclamé l'amnistie pour les personnes qui avaient participé à la prise d'assaut des bâtiments du pouvoir à Brasilia. "Nous demandons à l’ensemble des 513 membres du Congrès et 81 sénateurs un projet de loi d’amnistie afin que justice puisse être rendue au Brésil".

Même s'il ne peut plus se présenter à une élection jusqu'en 2030, Jair Bolsonaro reste actif dans la politique brésilienne en tant que principal adversaire du centre-gauche Lula. Mais à l'approche des élections municipales de cette année, les candidats se sont partagés entre les deux dirigeants.

Certains des alliés de Bolsonaro visant à renverser Lula aux élections de 2026 étaient également présents, notamment les gouverneurs influents Tarcisio de Freitas de l'État de Sao Paulo et Romeu Zema de l'État de Minas Gerais. Mais d’autres hommes politiques et dirigeants d’entreprise clés qui se sont alignés sur lui lors de sa présidence 2019-2022 ne se sont pas présentés.

Carlos Melo, professeur de sciences politiques à l'Université Insper de Sao Paulo, a prédit que l'événement pro-Bolsonaro n'améliorerait pas la situation juridique de l'ancien président.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La justice brésilienne entame les procès des émeutes pro-Bolsonaro du 8 janvier

Brésil : l'ex-président Jair Bolsonaro condamné à huit ans d'inéligibilité pour "abus de pouvoir"

Jair Bolsonaro de retour au Brésil, trois mois après sa défaite à la présidentielle