Le gouvernement de Cisjordanie occupée démissionne

a
a Tous droits réservés Ludovic Marin/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre Mohammed Shtayyeh a présenté lundi matin sa démission ainsi que celle de son gouvernement à Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne.

PUBLICITÉ

L’annonce est inattendue. Dans un communiqué, le Premier ministre Mohamed Shtayyeh, explique que cette décision est motivée par les "évolutions politiques, sécuritaires et économiques liées à l'agression contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza".

"J'ai présenté la démission du gouvernement à monsieur le Président le 20 février et je la soumets aujourd'hui par écrit", a déclaré Mohamed Chtayyeh.

Cette décision intervient alors que les bombardements se poursuivent dans la bande de Gaza, au Qatar, les négociations entre les autorités israéliennes et le Hamas semblent en bonne voie. Selon Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, un terrain d’entente a été trouvé sur les contours d’un accord sur un cessez-le-feu temporaire.

Ces pourparlers permettraient d’arriver à un accord sur la libération des otages. Mais également à un cessez-le-feu.

Pourtant, ces espoirs ont été refroidis dimanche, par le Premier ministre israélien. Selon lui, cette possible trêve, ne fera que retarder une offensive militaire sur Rafah. L’armée israélienne a d’ailleurs présenté un plan pour l’évacuation des civils, dans cette ville où s’entassent plus d'1,4 million de personnes.

En attendant, après bientôt cinq mois de conflit, la situation humanitaire est catastrophique dans la bande de Gaza. En particulier dans le nord, où l’ONU a, une nouvelle fois suspendu sa distribution d’aide. À Jabaliya, certains habitants se nourrissent de plantes, pour faire taire la faim.

"Tout le monde a faim. Nous devons nourrir les enfants. Ils n'arrêtent pas de crier qu'ils veulent de la nourriture. Nous ne trouvons pas de nourriture. Nous ne savons pas quoi faire", explique une mère de famille.

Selon l’ONU, 2,2 millions de personnes, soit la grande majorité de la population de la bande de Gaza, sont menacées d'une "famine de masse". Selon le ministère de la Santé du Hamas, plus de 29 600 Palestiniens ont été tués dans ce conflit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sixième jour de trêve à Gaza, qui pourrait se prolonger

Israël retire ses troupes du sud de la bande de Gaza

Les échanges de tirs entre l'armée israélienne et le Hezbollah s'intensifient