Les élections au Portugal laissent le pays dans l'incertitude quant à son avenir politique

AP
AP Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Armando Franca/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les résultats peu probants des élections législatives au Portugal laissent présager des semaines d'incertitude politique et renforcent les partis d'extrême droite en Europe.

PUBLICITÉ

La montée en puissance d'un parti populiste lors du scrutin de dimanche a placé la droite dure au cœur de la politique portugaise. La lutte serrée entre les deux principaux partis modérés n'a pas été résolue dans l'attente des résultats décisifs des électeurs à l'étranger. Les résultats officiels devraient être publiés dans les deux semaines à venir.

L'ascension du parti Chega, ou Assez, qui n'a que cinq ans d'existence, a été stupéfiante. Il est passé de 12 sièges sur les 230 que compte le Parlement lors des élections de 2022 à 48 sièges aujourd'hui.

Montée du populisme en Europe

Le leader de Chega, Andre Ventura, a fait cause commune avec d'autres partis d'extrême droite à travers le continent tels que la Ligue Matteo Salvini, vice-premier ministre italien et chef du parti populiste de droite, le rassemblement national de  la dirigeante française d'extrême droite Marine Le Pen et le parti d'extrême droite Vox de l'espagnol, Santiago Abascal.

Comme tant de pays l'Union européenne, le Portugal opère une bascule à droite. Alors que les élections du Parlement européen se tiendront du 6 au 9 juin prochain.

Au Portugal, l'Alliance démocratique de centre-droit, dirigée par les sociaux-démocrates, a remporté 79 sièges, tandis que le Parti socialiste de centre-gauche, qui a gouverné ces huit dernières années, en a obtenu 77.Les deux partis alternent au pouvoir depuis des décennies. D'autres sièges ont été attribués à de petits partis.

Quatre sièges doivent encore être distribués. Ils dépendront des votes des Portugais vivant à l'étranger. Traditionnellement, les sociaux-démocrates et les socialistes revendiquent chacun deux de ces sièges.

Mais les temps ont changé. Certains Portugais de l'étranger sont des partisans de l'ancien président américain Donald Trump et de l'ancien président brésilien Jair Bolsonaro, et ils pourraient considérer que Chega marche dans leurs pas.

Après la publication des résultats officiels, le président portugais Marcelo Rebelo de Sousa consultera les partis pour savoir qui est le mieux placé pour former un gouvernement.

La droite modérée refuse une alliance avec Chega

Le leader des sociaux-démocrates, Luis Montenegro, a déclaré qu'il n'accepterait pas une coalition gouvernementale avec M. Chega, dont les propositions politiques sont jugées désagréables par de nombreux Portugais.

Ventura a déclaré qu'il était prêt à abandonner certaines des propositions les plus controversées de son parti - telles que la castration chimique pour certains délinquants sexuels et l'introduction de peines de prison à vie - si cela permettait à son parti de faire partie d'une éventuelle alliance gouvernementale.

Le calcul est clair : si les sociaux-démocrates et Chega s'unissent, les partis de droite disposeront d'environ 135 sièges - et d'une majorité parlementaire - contre environ 90 pour les partis de gauche.

Ce manque de clarté survient alors que ce pays de 10,3 millions d'habitants doit déployer des milliards d'euros (dollars) de fonds d'investissement de l'UE dans le cadre d'un plan de relance économique.

"Plus que le résultat des élections, je m'inquiète de la gouvernabilité, de la capacité à parvenir à un consensus", a déclaré Luis Marques, un comptable de 49 ans.

Un éditorial du quotidien Publico a déclaré que le résultat des élections était "u_n coup de poing dans l'estomac"_, mais que le mal était "auto-infligé" parce que les partis traditionnels avaient mal compris l'état d'esprit du public.

Une série de récents de scandales de corruption a terni les socialistes et les sociaux-démocrates, et Chega s'est présenté sous la bannière de la lutte contre la corruption.

La frustration du public à l'égard de la politique habituelle était évidente avant le tollé provoqué par la corruption. Les bas salaires et le coût élevé de la vie - aggravé l'année dernière par la hausse de l'inflation et des taux d'intérêt - associés à une crise du logement et aux défaillances du système de santé public ont contribué à ce mécontentement. Chega a proposé un vote de protestation contre tout cela.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’extrême droite s’implante dans le paysage politique portugais

Législatives portugaises : courte avance pour le centre droit, montée de l'extrême droite

Portugal : le résultat des premiers sondages est très serré