EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Russie visée par des attaques de drones ukrainiens

le président ukrainien Volodymyr Zelensky
le président ukrainien Volodymyr Zelensky Tous droits réservés Armando Babani/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Armando Babani/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les autorités affirment qu'il n'y a pas de victimes. En Ukraine, le gouverneur régional de Kherson déplore la mort de deux civils dans des frappes russes

PUBLICITÉ

La ville russe d'Engels, dans la région de Saratov, dans le Sud-Ouest du pays, a été attaquée par des drones dans la nuit de mercredi à jeudi, et plusieurs explosions ont été signalées par des témoins.

Les autorités affirment de leur côté que "cinq drones ukrainiens ont été détruits par les systèmes de défense aérienne au-dessus des régions de Belgorod et de Saratov".

Engels abrite la base aérienne des forces aérospatiales russes, où sont basés les bombardiers stratégiques russes qui lancent des missiles sur l'Ukraine. Elle a déjà été attaquée à plusieurs reprises.

Plus tôt, des débris d'un missile ukrainien S-200 abattu sont tombés sur la ville de Koursk, sans faire de victimes, selon le gouverneur local.

Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a commenté mardi les frappes de drones menées par Kyiv sur le territoire russe : "Ce qui se passe là-bas est une conséquence directe de l'agression illégale de la Russie contre l'Ukraine. Si Poutine n'avait pas lancé cette agression, des milliers de Russes ne seraient pas tués en Ukraine et rien ne se passerait en Russie même", a-t-il déclaré.

Un bombardement russe a tué deux civils mercredi près de Kherson, dans le Sud de l’Ukraine, a rapporté le gouverneur régional sur les réseaux sociaux.

Dans la région de Dnipropetrovsk, des frappes nocturnes ont fait six blessés.

"Les États-Unis ne laisseront pas l'Ukraine échouer"

Le secrétaire à la défense, Lloyd Austin, assuré mardi que son pays continuerait à soutenir l'effort de guerre de l'Ukraine contre la Russie, même si le Congrès américain refuse l'envoi d'armes supplémentaires.

"Les États-Unis ne laisseront pas l'Ukraine échouer", a promis Lloyd Austin à une cinquantaine de responsables de la défense d'Europe et d'ailleurs, réunis sur la base aérienne de Ramstein, en Allemagne. "Cette coalition ne laissera pas l'Ukraine échouer. Et le monde libre ne laissera pas l'Ukraine échouer".

Durant cette rencontre, les dirigeants d'autres pays ont promis une nouvelle aide à l'Ukraine. Le ministre allemand de la défense, Boris Pistorius, a déclaré que l'Allemagne fournirait des munitions et des véhicules blindés et de transport pour une valeur d'environ 500 millions d'euros.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a remercié ses alliés pour cette nouvelle aide.

Les responsables de la défense continuent d'avertir que l'Ukraine reste largement dépassée par la Russie sur le champ de bataille et notent des rapports persistants selon lesquels les troupes ukrainiennes se rationnent ou manquent de munitions sur le front.

Utiliser les avoirs russes pour aider Kyiv

Mercredi, le Premier ministre ukrainien Denys Shmyhal se rend à Bruxelles pour le Conseil d'association UE/Ukraine, présidé par Josep Borrell, le responsable de la politique étrangère de l'Union européenne. Il devrait diriger la délégation de son pays et rencontrer la présidente de la Commission Ursula von der Leyen.

Josep Borrell rencontre le premier ministre ukrainien

Josep Borrell propose que l'UE utilise 90 % des recettes provenant des avoirs russes gelés en Europe pour acheter des armes à l'Ukraine. Il soumettra cette proposition aux États membres, avant le sommet des dirigeants européens qui se tiendra jeudi et vendredi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Importations d'Ukraine, Pacte vert : des agriculteurs polonais de retour à la frontière allemande

La Russie émet un mandat d'arrêt contre Ioulia Navalnaïa, la veuve d’Alexeï Navalny

Devant son "ami" Vladimir Poutine, Narendra Modi plaide pour la paix en Ukraine