Crise migratoire : plus de 63 000 décès ou disparitions entre 2014 et 2023

a
a Tous droits réservés Valeria Ferraro/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Valeria Ferraro/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Entre 2014 et 2023, plus de 63 000 personnes sont mortes ou ont été portés disparues sur les routes migratoires à travers le monde. Plus de 28 000 d’entre elles rien qu’en Méditerranée.

PUBLICITÉ

C’est ce qui ressort d’un rapport de l’OIM, l’Organisation Internationale pour les Migrations, qui s’est penchée sur les dix dernières années. Malgré les risques, certains n’hésitent pas à traverser la Méditerranée coûte que coûte.

"Les chiffres sont alarmants. Nous constatons que dix ans plus tard, des personnes continuent de mourir en cherchant une vie meilleure. Nous avons vu, par exemple, que 2023 a été l'année la plus meurtrière jamais enregistrée avec plus de 8 500 décès. Les raisons sont multiples. Plus de 60 % des décès enregistrés par le rapport, sont dus à des noyades. Rien qu'en Méditerranée, plus de 28 000 décès et disparitions ont été enregistrés", explique Jorge Galindo, porte-parole de l'OIM.

Dans son rapport, l’OIM fait également état d’un nombre élevé de corps non-identifiés.

 Mais plus d'un tiers des personnes ayant pu être identifiées venaient de pays en proie à des conflits armés, notamment l'Afghanistan, la Birmanie, la Syrie et l'Ethiopie.

Le document plaide pour faciliter des voies de migrations sûres et régulières pour éviter les pertes humaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Catastrophe maritime au Mozambique : au moins 96 morts

Lampedusa débordée après avoir accueilli plus de 1000 migrants en une journée

La Finlande maintient la fermeture de sa frontière avec la Russie jusqu'à nouvel ordre