PUBLICITÉ

Destruction de Gaza : pire que les villes allemandes durant la Seconde Guerre mondiale (Borrell)

Une famille inspecte sa maison après qu'elle ait été touchée par une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 avril 2024.
Une famille inspecte sa maison après qu'elle ait été touchée par une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 4 avril 2024. Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023, The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2023, The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Josep Borrell, le chef de la politique étrangère de l'UE, a de nouveau comparé la destruction de Gaza aux villes allemandes détruites durant la Seconde Guerre mondiale.

PUBLICITÉ

Lors d'un débat au Parlement européen à Strasbourg, le chef de la politique étrangère de l'Union européenne a de nouveau comparé l'ampleur des destructions à Gaza aux dégâts causés aux villes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Les villes de Gaza ont été plus détruites que les villes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale, imaginez la comparaison", a déclaré Josep Borrell. "Une récente évaluation intermédiaire des dégâts réalisée par la Banque mondiale et par les Nations unies, qui a été soutenue financièrement par l'Union européenne, a évalué les dégâts directs s’élèvent à environ 90 milliards".

Le Haut représentant de la diplomatie européenne s'exprimait lors d'une session plénière  sur la réponse des Européens après la mort de travailleurs humanitaires, de journalistes et de civils à Gaza.

Ce n'est pas la première fois que Josep Borrel comparait la situation à Gaza avec la Seconde Guerre mondiale. En décembre 2023, il avait évoqué une situation "apocalyptique" à l'issue d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Bruxelles.

De son côté, le Commissaire général de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) a déclaré que les attaques contre l'agence de soutien aux Palestiniens avaient pour but de priver les Palestiniens de leur statut de réfugié.

Philippe Lazzarini a fait ces remarques un jour après la présentation d'un rapport suite à une enquête sur l'UNRWA sur les allégations israéliennes selon lesquelles certains membres du personnel de l'agence auraient aidé le Hamas lors des attaques du 7 octobre contre Israël.

Ces affirmations ont incité au moins 15 pays à suspendre leur financement.

"J'espère qu'avec ce rapport et les mesures que nous mettrons en place, le dernier groupe de donateurs obtiendra la confiance nécessaire pour revenir en tant que donateur et partenaire de l'agence."

Mise à jour : Mardi, la journée a été également marquée par des manifestations pro-palestiniennes en Turquie (et non en Tunisie comme écrit précédemment) à l'occasion de la visite de trois jours du président allemand Frank-WalterSteinmeier. Des manifestants ont vivement dénoncé le soutien de l'Allemagne à Israël.

Début avril, le Nicaragua a demandé à la Cour internationale de Justice, la plus haute juridiction des Nations unies, de mettre fin à l'aide militaire de l'Allemagne à Israël, estimant que le soutien de Berlin permettait la violation du droit international humanitaire dans la guerre que mène Israël contre le Hamas.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Non, sur cette vidéo, la CIJ ne condamne pas l'Allemagne pour le « génocide » de Gaza

Le Sénat américain valide l'aide de 95 milliards de dollars pour l'Ukraine, Israël et Taïwan

Un rapport sur l'UNRWA indique qu'Israël n'a fourni aucune preuve de liens "terroristes"