EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Pourquoi le projet de coalition conservatrice PPE-CER pourrait-il s'effondrer en Pologne ?

Des milliers de Polonais portant des bannières pro-européennes défilent pour célébrer les 15 ans de la Pologne au sein de l'UE
Des milliers de Polonais portant des bannières pro-européennes défilent pour célébrer les 15 ans de la Pologne au sein de l'UE Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Par Sergio Cantone
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les forces conservatrices polonaises sont en passe de remporter les élections européennes. En Pologne, le parti affilié au PPE et le parti PiS, membre de l'ECR, sont au coude à coude, selon le super sondage d'Euronews. Cependant, leurs profondes divergences pourraient affecter la création d'une coalition conservatrice au sein du Parlement européen.

PUBLICITÉ

Le profond clivage entre la droite et le centre-droit en Pologne pourrait entraver la formation d'une coalition conservatrice au sein de l'UE, malgré l'écrasante tendance populaire conservatrice polonaise, affirment les analystes du Centre de sondages d'Euronews.

Le Superpoll d'Euronews en vue des élections européennes du 9 juin prévoit une course au coude à coude entre le parti de droite nationaliste Droit et Justice (PiS) dirigé par Jarosław Kaczyński et les conservateurs modérés de KO, l'actuel parti au pouvoir en Pologne.

Dans les projections les plus récentes, entre début mars et fin mai, le PiS ultra-conservateur a dépassé, pour quelques intentions de vote, la coalition au pouvoir du premier ministre Donald Tusk, affiliée au PPE.

Depuis mars, le parti d'extrême droite Konfederacja (non-inscrit) a perdu quelques intentions de vote qui ont apparemment migré vers le PiS, permettant à cette force ultraconservatrice de devancer le parti pro-UE Koalicja.

Au Parlement européen, le parti Droit et Justice est un membre important (avec le FdI de la première ministre italienne Giorgia Meloni) du groupe de droite nationaliste des Conservateurs et Réformistes européens (ECR), tandis que la Coalition civique du premier ministre Tusk est l'un des plus importants affiliés du Parti populaire européen (PPE), avec la CDU allemande et le PP espagnol.

Le cadre politique polonais est un terrain pertinent pour observer les dynamiques, les contradictions et le potentiel de création d'une coalition euro-conservatrice élargie entre le PPE et l'ECR, comme le prévoit l'entente politique scellée de facto par la présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen (PPE) et le Premier ministre italien Giorgia Meloni (ECR).

Les chiffres sont clairs comme de l'eau de roche : la Pologne, d'un point de vue politique, s'installe progressivement à droite de l'échiquier politique de l'UE. La somme des intentions de vote des conservateurs atteint presque les 80 %. Cependant, la réalité politique des conservateurs dans ce pays est profondément divisée.

Pourquoi ?

Les visions divergentes des principes et des valeurs du droit européen sont la principale source de tensions et d'antagonismes entre les membres polonais du PPE, le PiS et la Konfederacja.

Les jeux de pouvoir entre les dirigeants sont également à l'origine de la profonde division entre les forces modérées et ultra-conservatrices polonaises.

Elles ont un terrain d'entente solide basé sur les valeurs patriotiques, une approche anti-russe assez active sur la guerre en Ukraine, et des sentiments pro-US et pro-OTAN très forts.

Les membres des nouvelles troupes volontaires de défense territoriale défilent avec les drapeaux nationaux de la Pologne.
Les membres des nouvelles troupes volontaires de défense territoriale défilent avec les drapeaux nationaux de la Pologne.Czarek Sokolowski/Copyright 2023 The AP. All rights reserved

Pourtant, malgré leurs racines conservatrices et une grande convergence sur les questions de défense et de sécurité, le PiS et le KO restent des alliés peu probables pour une coalition potentielle au niveau du Parlement européen, suggère Tomasz Kaniecki, du Centre de sondages d'Euronews :

"Il s'agit purement de tactiques et de mécanismes, sur le papier la situation pourrait sembler plus ou moins la même, mais ce sont des partis qui sont en conflit éternel, un conflit sur la base des valeurs politiques, du respect de l'Etat de droit, de l'indépendance des institutions, du respect de leurs partenaires".

La question de l'État de droit est un facteur de polarisation depuis près d'une décennie entre le PiS et KO.

Le parti Droit et Justice de Jarosław Kaczyński est entré en conflit ouvert avec Bruxelles sur des questions telles que l'indépendance du pouvoir judiciaire lorsqu'il dirigeait la Pologne.

Le gouvernement ultraconservateur s'est fermement opposé à la politique migratoire de l'UE et aux valeurs européennes sur la liberté de choix des femmes en faisant pression pour une législation nationale restrictive sur le droit à l'avortement.

La gauche et le centre-gauche en Pologne sont faibles depuis des années. En Pologne, la véritable dialectique se situe entre les conservateurs modérés et les ultra-conservateurs.

Les ultraconservateurs ne sont pas opposés à l'idée que la Pologne soit membre de l'UE.

PUBLICITÉ

Sur les questions environnementales, la Pologne et ses forces ultraconservatrices ont exprimé de nombreuses critiques à l'égard des orientations anti-carbone de l'UE.

Pourtant, déclare Tomasz Kaniecky :

"Le parti au pouvoir (le KO de Donald Tusk) sera, en théorie, beaucoup plus favorable aux sources d'énergie renouvelables parce qu'il pense que c'est la bonne voie à suivre. Le PiS déploierait les énergies renouvelables en même temps qu'il défendrait l'industrie du charbon".

C'est une question de narration. Même les ultra-conservateurs polonais se rendent compte que la Pologne ne peut pas tourner le dos aux fonds de l'UE et à l'investissement financier du Green Deal de l'UE.

La Pologne a organisé des élections nationales en octobre 2023 et des élections locales en avril dernier. Lors de ces deux scrutins, les ultraconservateurs ont obtenu plus de voix que leurs rivaux modérés. Mais à l'automne dernier, le centre-droit est devenu la force dirigeante uniquement parce que les ultraconservateurs n'ont pas réussi à former une coalition pour des raisons internes.

PUBLICITÉ

La question des libertés individuelles et la rivalité personnelle entre Donald Tusk et Jarosław Kaczyński ont été des facteurs constants de division entre le PiS et l'OC. Sur le papier, il s'agit de forces intransigeantes :

"KO et PiS sur une variété de sujets pourraient voter exactement de la même manière ainsi que sur certaines réglementations spécifiques. Mais cela ne se produira jamais dans le cadre d'une coalition formelle. Et nous revenons à la politique, ils ne seront jamais ensemble", conclut Tomasz Kaniecki.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus

La Commission européenne prend des mesures pour clore la procédure d'État de droit contre la Pologne

Pologne : un mort dans l'explosion d'une usine d'armement