EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La Pologne va investir 2,3 milliards d'€ pour renforcer sa frontière avec la Russie et le Bélarus

Le Premier ministre polonais Donald Tusk à Cracovie.
Le Premier ministre polonais Donald Tusk à Cracovie. Tous droits réservés POLISH PRIME MINISTER'S OFFICE HANDOUT
Tous droits réservés POLISH PRIME MINISTER'S OFFICE HANDOUT
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Craignant, entre autres, une nouvelle campagne de chantage aux migrants, le Premier ministre a annoncé le déblocage de 2,3 milliards d'euros pour rendre les frontières polonaises avec la Russie et le Bélarus imperméables.

PUBLICITÉ

La Pologne va déployer son "Bouclier oriental" pour rendre ses frontières plus étanches avec le Bélarus, à l'est, et avec l'enclave russe de Kaliningrad (au nord du pays). 

Ce bouclier consiste en un plan d’investissement de près de 2,3 milliards d’euros, a annoncé le Premier ministre Donald Tusk. 

"Nous avons décidé d'investir 10 milliards de zlotys dans notre sécurité, et surtout dans une frontière orientale sûre", a déclaré le dirigeant polonais et de préciser :"Nous avons commencé ces travaux pour rendre la frontière polonaise sûre en temps de paix et impénétrable pour un ennemi en temps de guerre".

Le Premier ministre s'adressait aux troupes polonaises à Cracovie, dans le sud du pays, pour marquer les 80 ans de la victoire alliée dans la bataille de Monte Cassino contre les nazis, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les travaux consisteront à construire des fortifications militaires appropriées en complément des infrastructures déjà financées par l'ancien gouvernement national conservateur.

Le Premier ministre a également rappelé que ce bouclier devra être soutenu par une défense aérienne européenne forte. "Il faut un ciel sûr au-dessus de la Pologne. Il nous faut le dôme européen que la Pologne veut construire avec d’autres pays de l’Union européenne", avec l'Allemagne notamment.

Varsovie surveille aussi de près sa frontière avec le Bélarus. Varsovie craint que le régime de Minsk ne réamorce son chantage aux migrants.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pologne: le Bélarus fait peser la crainte de l’arrivée de clandestins

La Pologne : la sentinelle de la défense européenne ?

La Pologne arrête un espion russe impliqué dans un complot pour assassiner Zelensky