EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Bande de Gaza : Netanyahu au pied du mur

a
a Tous droits réservés Omar Sanadiki/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Omar Sanadiki/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sous pression de Washington et d’une partie de son gouvernement, Benjamin Netanyahu estime que le plan de cessez-le-feu dans la bande de Gaza est "incomplet".

PUBLICITÉ

Vendredi, les Etats-Unis ont présenté un plan de cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Et depuis, Washington attend la réponse de Tel-Aviv et du Hamas. Sans toutefois cacher son impatience.

Dimanche, Antony Blinken a pressé le Hamas d’accepter cette proposition. Le chef de la diplomatie américaine s’est également entretenu avec le ministre israélien de la Défense Yoav Gallant.

Problème : cet accord est loin de faire l’unanimité au sein du gouvernement israélien. Deux ministres menacent de démissionner si Benjamin Netanyahu accepte cette proposition.

Pourtant, selon la Maison-Blanche, ce plan, soutenu par l’Egypte et le Qatar, a été élaboré par le gouvernement israélien lui-même.

Il prévoit notamment un cessez-le-feu de six semaines, la libération de certains otages, ainsi qu’un retrait des soldats israéliens des zones très peuplées de la bande de Gaza.

Benjamin Netanyahu, qui a jugé ce plan "incomplet", se trouve donc tiraillé entre cette possible trêve et la survie de son gouvernement.

En attendant, l’armée israélienne poursuit son offensive dans la bande de Gaza, où la situation reste catastrophique. Selon l’ONU, en près de huit mois, plus de la moitié des bâtiments ont été détruits ou endommagés.

Le bilan humain aussi ne cesse de s’alourdir et s’élève désormais à plus de 36 400 morts, selon les autorités locales.

Malgré les nombreuses mises en garde internationales, Tsahal est déterminé à poursuivre ses opérations, notamment à Rafah, près de la frontière avec l’Egypte. Selon l’ONU, au moins un million de civils auraient fui la ville. Ceux qui restent vivent dans la peur des bombardements et dans des conditions de vie désastreuses.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Benjamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre israélien

Nouvelles attaques des rebelles Houthis contre des navires

Netanyahu dénonce les "pauses tactiques" proposées par Tsahal pour permettre l'acheminement de l'aide à Gaza