EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Un homme de nationalité russe et ukrainienne arrêté à Roissy, soupçonné de préparer un attentat

L'aéroport Charles de Gaulle, terminal 1, où les anneaux olympiques ont été installés, est vu à Roissy-en-France, au nord de Paris, mardi 23 avril 2024 à Paris.
L'aéroport Charles de Gaulle, terminal 1, où les anneaux olympiques ont été installés, est vu à Roissy-en-France, au nord de Paris, mardi 23 avril 2024 à Paris. Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Serge Duchêne
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Interpellé à l’hôpital de Gonesse (Val-d’Oise), où il était soigné pour des brûlures au bras et au visage, cet individu de 26 ans se serait blessé en manipulant un engin explosif artisanal.

PUBLICITÉ

Les gendarmes qui l'ont interpellé ont retrouvé dans sa chambre d'hôtel les éléments pour confectionner un engin explosif improvisé à base de TATP, un explosif artisanal extrêmement instable, rapporte Le Figaro.

De l’argent, plusieurs faux passeports et des armes légères ont également été trouvées par les enquêteurs.

La piste terroriste est privilégiée. L'une des hypothèses est que l'homme aurait pu vouloir s'en prendre à du fret à destination de l'Ukraine en partance de Roissy-Charles-de-Gaulle.

Le parquet national antiterroriste s'est saisi de l’enquête, rapporte le TF1. La garde à vue du suspect peut durer jusqu'à 96 heures. Les investigations ont été confiées à la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). 

La presse française appelle le suspect "un Ukrainien pro-russe" ou "un espion russe présumé", il s’agit d’un «ressortissant ukrainien originaire du Donbass russophone», dans l'est de l'Ukraine.

La France livre de nombreuses armes et munitions à l’Ukraine pour l’aider à repousser l’invasion russe, précise La Voix du Nord. Des blindés, des canons mais aussi des missiles et des équipements défensifs. Un soutien régulièrement dénoncé par Moscou qui accuse Paris «d’escalade». La Russie, dont l’implication potentielle dans cette opération devra être démontrée, a organisé plusieurs opérations hostiles ces derniers mois. Dernière en date : de faux cercueils de soldats français déposés devant la tour Eiffel.

Tout ça, à moins de deux moins avant l'ouverture des JO 2024 à Paris, où les athlètes russes et biélorusses seront forcés d'évaluer [**sous un drapeau neutre**](JO 2024 : les sportifs russes et bélarusses privés de défilé) du fait de l'agression de Moscou (soutenue par Minsk) contre l'Ukraine.

Sources additionnelles • Le Figaro, TF1, La Voix du Nord, JDD

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Réveillon du Nouvel An : dispositif de sécurité renforcé en France

Lyon : la Fête des lumières sous haute sécurité

Attentat près de la Tour Eiffel : l'assaillant "assume" son acte