EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Quatre otages israéliens libérés après une opération spéciale à Gaza

Gaza en ruine.
Gaza en ruine. Tous droits réservés Ismael Abu Dayyah/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Ismael Abu Dayyah/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Israël a déclaré samedi avoir sauvé quatre otages qui avaient été kidnappés lors des massacres menés par le Hamas le 7 octobre dernier. 130 personnes seraient toujours aux mains de l'organisation islamiste.

PUBLICITÉ

Quatre otages en vie ont été libérés par l'armée israélienne. Dans le cadre de la plus grande opération de récupération d'otages de ce type depuis le début de la guerre avec le Hamas à Gaza, Tsahal a déclaré avoir secouru Noa Argamani, 25 ans, Almog Meir, 21 janvier, Andreï Kozlov, 27 ans et Shlomi Ziv, 40 ans. Les quatre ex-otages ont été secourus dans deux endroits distincts au cœur de Nuseirat, précise le communiqué de l'armée.

Noa Argamani était l'une des otages les plus largement reconnues depuis qu'elle avait été enlevée lors d'un festival de musique. La vidéo de son enlèvement a été parmi les premières à faire surface, les images de son visage horrifié étant largement partagées. Sa mère, Liora, atteinte d'un cancer du cerveau de stade quatre avait publié en avril une vidéo implorant de revoir sa fille avant sa mort.

Le Hamas a kidnappé quelque 250 otages lors de son attaque contre le sud d'Israël le 7 octobre dernier déclenchant la guerre entre Israël et le Hamas.

Environ la moitié ont déjà été libérés lors d'un cessez-le-feu d'une semaine en novembre. mais Israël affirme qu'il reste à ce jour plus de 130 otages, dont environ un quart serait mort. Seize cadavres ont déjà été récupérés.

L’offensive israélienne a tué au moins 36 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils dans ses chiffres.

Après huit mois de guerre, ce sauvetage intervient alors que la pression internationale s'accentue sur Israël pour limiter l'effusion de sang civil à Gaza. En interne, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu fait face à une pression croissante pour mettre fin aux combats et de nombreux Israéliens l’exhortent à accepter un accord annoncé le mois dernier par le président américain Joe Biden, mais ses alliés d’extrême droite menacent de faire tomber son gouvernement s’il le fait.

Cherchant une percée dans ces négociations de cessez-le-feu, le secrétaire d’État américain Antony Blinken est de nouveau attendu au Moyen-Orient la semaine prochaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Israël accusé de génocide à Gaza : l'Espagne veut s'associer à la plainte de l'Afrique du Sud

Une famine est-elle en cours à Gaza ?

Joe Biden annonce une proposition israélienne pour mettre fin à la guerre de Gaza