EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

274 Palestiniens auraient été tués lors de la libération des 4 otages israéliens

Des Palestiniens tués lors du bombardement israélien de la bande de Gaza sont amenés à l'hôpital al-Aqsa à Deir al-Balah, au centre de la bande de Gaza, le samedi 8 juin 2024.
Des Palestiniens tués lors du bombardement israélien de la bande de Gaza sont amenés à l'hôpital al-Aqsa à Deir al-Balah, au centre de la bande de Gaza, le samedi 8 juin 2024. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Daniel Bellamy avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas affirme que l'armée israélienne aurait tué 274 personnes lors du raid aérien de samedi qui a conduit à la libération de 4 otages détenus depuis le 7 octobre.

PUBLICITÉ

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas a déclaré dimanche qu'au moins 274 Palestiniens avaient été tués lors du raid aérien et terrestre israélien qui a permis de libérer quatre otages israéliens détenus par le groupe islamiste.

Le même ministère a en outre indiqué qu'environ 700 personnes avaient également été blessées lors de l'opération de samedi.

Les Nations unies et d'autres institutions et experts internationaux, ainsi que les autorités palestiniennes de Cisjordanie — rivales du Hamas — affirment que le ministère de Gaza s'efforce depuis longtemps et de bonne foi de rendre compte des morts dans les conditions les plus difficiles.

Le Haut représentant des Affaires étrangères de l'Union européenne a indiqué pour sa part que "le bain de sang [devait] cesser immédiatement".

Cette opération militaire menée dans le centre de la bande de Gaza est la plus importante depuis le 7 octobre, date à laquelle le Hamas et d'autres militants ont pris d'assaut la frontière, tuant quelque 1 200 personnes et en prenant environ 250 en otage.

À Gaza, les médecins ont décrit des scènes d'horreur et de chaos alors que les blessés affluaient dans les hôpitaux voisins qui avaient déjà du mal à traiter les blessés des jours de frappes israéliennes intenses dans la région.

"Nous avons reçu toute la gamme des blessures de guerre, des blessures traumatiques, des amputations, des éviscérations, des traumatismes, des lésions cérébrales traumatiques, des fractures et, bien sûr, de grandes brûlures", a déclaré Karin Huster de Médecins sans frontières, une organisation caritative internationale travaillant à l'hôpital des Martyrs d'Al-Aqsa, l'un des établissements qui a accueilli les morts et les blessés.

"Des enfants complètement gris ou blancs, à cause du choc, ont été brûlés. Beaucoup d'entre eux ne crient pas parce qu'ils sont en état de choc".

Une série de photos prises par Associated Press montre l'étendue des destructions israéliennes sur les bâtiments de la zone, ainsi que le nombre de blessés, dont des enfants.

Des Palestiniens regardent les conséquences du bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza, le samedi 8 juin 2024.
Des Palestiniens regardent les conséquences du bombardement israélien dans le camp de réfugiés de Nuseirat, dans la bande de Gaza, le samedi 8 juin 2024.Jehad Alshrafi/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Des Palestiniens évacuent les morts et les blessés lors du bombardement israélien de la bande de Gaza à Deir al Balah, le samedi 8 juin 2024.
Des Palestiniens évacuent les morts et les blessés lors du bombardement israélien de la bande de Gaza à Deir al Balah, le samedi 8 juin 2024.Jehad Alshrafi/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Les Palestiniens blessés lors des bombardements israéliens sur la bande de Gaza sont soignés à l'hôpital al-Aqsa de Deir al Balah, le samedi 8 juin 2024.
Les Palestiniens blessés lors des bombardements israéliens sur la bande de Gaza sont soignés à l'hôpital al-Aqsa de Deir al Balah, le samedi 8 juin 2024.Mohammed Hajjar/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.

L'armée israélienne a déclaré qu'elle avait attaqué "les menaces pesant sur nos forces dans la région" et qu'un officier des forces spéciales avait été tué lors de l'opération de sauvetage.

Les Israéliens ont célébré le retour de Noa Argamani, 26 ans, Almog Meir Jan, 22 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et Shlomi Ziv, 41 ans, samedi, après que les forces israéliennes ont mené un raid sur deux sites à la fois, sous le feu de l'ennemi.

La guerre d'Israël à Gaza a tué plus de 36 700 Palestiniens, selon le ministère du Hamas, qui ne fait pas de différence entre les civils et les combattants dans ses décomptes.

Israël a également mené des raids dans les villes palestiniennes de Cisjordanie pour réprimer le militantisme, ce qui a entraîné la mort d'environ 530 Palestiniens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quatre otages israéliens libérés après une opération spéciale à Gaza

Israël accusé de génocide à Gaza : l'Espagne veut s'associer à la plainte de l'Afrique du Sud

Benjamin Netanyahu dissout le cabinet de guerre israélien