EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Grèce : le feu vert de l'Eurogroupe fait bondir la bourse d'Athènes

Grèce : le feu vert de l'Eurogroupe fait bondir la bourse d'Athènes
Tous droits réservés 
Par Euronews avec REUTERS
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

La bourse d’Athènes salue le programme de réformes grec validé hier par l’Eurogroupe. Un accord de principe qui a permis au marché grec de bondir de

PUBLICITÉ

La bourse d’Athènes salue le programme de réformes grec validé hier par l’Eurogroupe. Un accord de principe qui a permis au marché grec de bondir de près de 10 %.

Le gouvernement de gauche radicale renonce, dans l’immédiat, à augmenter le salaire minimum ou à stopper les privatisations en cours. Sa priorité est d’améliorer la collecte des impôts et la lutte contre la corruption pour renflouer les caisses de l‘État. “Ce n’est pas un accord sur les mesures d’austérité. C’est l’essence de nos lignes politiques avec certaines objections quant au calendrier de leur application”, insiste le ministre grec de l’Intérieur Nikos Voutsis.

Si les créanciers de la Grèce acceptent de reconduire l’aide financière, ils conditionnent le prochain versement à des mesures concrètes. Certains, dont le Vice-Président de la Commission européenne, estiment en effet que le programme grec est trop flou. “Il est important que le gouvernement grec travaille sérieusement sur ce dossier en vue d’assurer la stabilité financière, et afin de contrer certaines tendances négatives comme celles que nous avons déjà vues ces derniers mois, avec des fuites de capitaux”, estime Valdis Dombrovkis.

Le feu vert donné hier à la Grèce n’est qu’un début. Les négociations s’annoncent très tendues entre Athènes et ses créanciers.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Grèce : le jeu d'équilibrisme fonctionne, pour l'instant

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage