EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Alliance Cameron-Khan contre un Brexit

Alliance Cameron-Khan contre un Brexit
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Premier ministre britannique, conservateur, et le Maire de Londres, travailliste, ont mis leurs griefs de côté pour défendre ensemble le maintien de la Grande-Bretagne dans l'UE.

PUBLICITÉ

Une alliance de circonstance dans l’intérêt des Londoniens : c’est ainsi que le premier ministre conservateur, David Cameron, et le nouveau maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, ont expliqué leur rapprochement ce lundi.

Argument économique

Les deux hommes ont partagé la tribune pour défendre un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne au référendum du 23 juin.

L’argument économique est très clair. Les preuves sont convaincantes, qu’elles émanent du Trésor, du FMI, de la Banque d’Angleterre et de beaucoup d’autres. Ici à Londres, plus d’un demi-million d’emplois dépendent directement de l’Union européenne,“ a martelé Sadiq Khan.

Sadiq Khan and I don't agree on everything, but we are both clear: Britain is #StrongerIn the EU. pic.twitter.com/M5peEWOQem

— David Cameron (@David_Cameron) 30 mai 2016

Eurosceptique mais au sein de l’UE

Succédant à celui qu’il accusait, début mai encore, d’entretenir des miens avec l’islam radical, David Cameron a lui brandi son euroscepticisme comme un atout-clé de sa campagne. “Je dirais que quand nous affichons nos frustrations vis à vis de l’Union européenne – nous le faisons parfois, je l’ai fait en tout cas – cela ne constitue pas une faiblesse de notre campagne, mais une force, parce que nous reflétons l’opinion de la population,“ a-t-il assuré.

PM & Sadiq Khan unveil FIVE guarantees for a stronger future if you vote REMAIN on 23 June – please RThttps://t.co/tk03eiSlRT

— Stronger In (@StrongerIn) 30 mai 2016

Paroles d’experts

Alors que son camp conservateur se déchire autour du Brexit, le Premier ministre a reçu le soutien de la sphère économique dimanche. Un sondage Ipsos-MORI réalisé auprès de 600 économistes londoniens renommés a révélé que 88% d’entre eux pensent qu’une sortie de la Grande-Bretagne de l’Union serait dommageable pour la croissance britannique dans les cinq années à venir. 82% anticipent un impact négatif sur les salaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?