EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Deutsche Bank : no comment de Merkel

Deutsche Bank : no comment de Merkel
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La chancelière Merkel a refusé de dire si oui ou non Berlin volerait au secours du colosse mis en difficulté par une amende record aux Etats-Unis.

PUBLICITÉ

L’action Deutsche Bank a inscrit un nouveau plus bas historique en séance ce mardi avant de clôturer inchangée.

Les investisseurs s’inquiètent de voir Berlin abandonner la première banque privée allemande, menacée d’une amende record aux Etats-Unis pour son rôle dans la crise des subprimes.

Interpellée ce mardi, la chancelière Merkel a pris ses distances. “Je dirai seulement que la Deutsche Bank fait partie du secteur bancaire et financier allemand. Et bien sûr, nous espérons que toutes les sociétés, même celles confrontées à des problèmes temporaires, pourront se développer dans la bonne direction. Je ne ferai pas d’autres commentaires,“ a-t-elle déclaré.

Un secteur bancaire fragile

La Deutsche Bank a beau répéter qu’elle pourra s’en sortir seule, les investisseurs redoutent une crise de liquidité à même d‘ébranler un secteur bancaire à la peine en Europe.

Crise des subprimes : “La #DeutscheBank fait face en ce moment à 8 000 litiges dans le monde” AxelDeTarle</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/E1Matin?src=hash">#E1Matin</a> <a href="https://t.co/AdhIn9BeXf">https://t.co/AdhIn9BeXf</a> <a href="https://t.co/cCRvmRHhP9">pic.twitter.com/cCRvmRHhP9</a></p>&mdash; Europe 1 (Europe1) 27 septembre 2016

Nous ne devrions pas être surpris par la réticence du gouvernement allemand à saisir la balle au bond pour voler au secours de la Deutsche Bank,“ estime pourtant le directeur des investissements de Fidelity Global, Tom Stevenson. “Il y a des élections l’an prochain en Allemagne et il n’y a aucune voix à gagner à aider une banque en faillite.

Emblématique des difficultés du secteur, la Commerzbank a annoncé 9.000 suppressions de postes sur les trois années à venir. Pour financer cette réduction de coûts rendue nécessaire par des taux d’intérêt négatifs, la deuxième banque du pays ne versera pas de dividende cette année.

Avec Reuters

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Deutsche Bank : amende record aux Etats-Unis

Les marchés européens se préparent à l'agitation politique en France

L'euro se renforce à l'idée que le RN puisse ne pas obtenir la majorité absolue en France