EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Davos : Ursula von der Leyen marque son territoire

Davos : Ursula von der Leyen marque son territoire
Tous droits réservés APMarkus Schreiber
Tous droits réservés AP
Par Pierre Michaud
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La présidente de la Commission Européenne est intervenue mercredi à Davos. Faire entendre sa voix alors que Donald Trump se montre particulièrement offensif dans la station suisse.

PUBLICITÉ

Ursula von der Leyen a fait une apparition remarquée, mercredi, au Forum Economique Mondial de Davos. La présidente de la Commission Européenne a exhorté les participants à adapter l'évènement aux nouvelles priorités mondiales, notamment à la lutte contre le changement climatique. L'urgence est de mise car pour elle la "fenêtre d'opportunité se refermera rapidement".

"Nous devons améliorer et moderniser notre forum international et nous avons besoin de leadership pour faire avancer ces sujets. Il n'y a pas de meilleur exemple pour cela que le changement climatique. Il s'agit d'un défi mondial. La plupart d'entre nous, pas tous, mais la plupart d'entre nous, conviennent qu'il faut agir. Nous en ressentons l'urgence."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission Européenne

Mais quel sera cet héritage en matière de commerce international ?

Le président américain Donald Trump, qui vient de signer la première phase de l'accord commercial avec la Chine, a déclaré que l'Union Européenne pourrait s'avérer plus coriace dans les négociations.

"Il est franchement plus difficile de faire des affaires avec eux qu'avec la Chine. Nous avons maintenant une excellente relation avec la Chine mais avec l'Union européenne...Franchement, pour être honnête, je voulais attendre d'en finir avec la Chine avant d'aller travailler, respectueusement, sur l'Europe"
Donald Trump
Président américain

Pour achever de mettre la pression sur l'Union, le président américain a de nouveau agité mardi la menace de taxes sur les voitures européennes. Il espère un accord bilatéral avant les élections présidentielles de novembre prochain aux Etats-Unis.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les producteurs de champagne vont réduire leur récolte face à la baisse de la demande

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?