EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Coronavirus : des banques renoncent à verser des dividendes aux actionnaires pour amortir la crise

Coronavirus : des banques renoncent à verser des dividendes aux actionnaires pour amortir la crise
Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En France, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel à ne pas verser de dividendes.

En France, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a appelé lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel à ne pas verser de dividendes.

PUBLICITÉ

Barclays, Santander et HSBC : ces grandes banques ont tous une chose en commun : avoir pris la décision de ne pas verser de dividendes à leurs actionnaires en 2020.

Elles suivent ainsi les recommandations du superviseur bancaire européen qui avait incité les grands établissements bancaires de la zone euro à ne pas rémunérer leurs actionnaires pour les années 2019 et 2020.

Objectif : mobiliser plus de capital en faveur de l'économie afin d'amortir le choc de la crise du coronavirus.

Mais les banques ne sont pas l'unique secteur concerné. En France, de nombreux grands groupes ont annoncé l'annulation du versement des dividendes aux actionnaires : Natixis, la Société Générale, Airbus, Safran ou encore Auchan...

De grands groupes qui se rangent donc du côté du gouvernement. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire a appelé lundi les entreprises ayant recours à des mesures de chômage partiel à ne pas verser de dividendes, après avoir interdit de le faire aux groupes bénéficiant d'un report de charges.

Car ce dispositif, financé par l'Etat, a été demandé mardi soir par plus de 330 000 entreprises pour 3,6 millions de salariés.

D'autres grandes banques européennes ont décidé de suivre les recommandations du superviseur bancaire européen : c'est le cas de l'allemand Commerzbank, ou de l'Italien Unicredit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE met en place des voies express pour assurer l’acheminement des biens entre les 27

Coronavirus : l'industrie de la mode apporte son soutien financier

L'économie à l'heure du coronavirus : les mots-clés de la crise