EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La vaccination : une priorité "absolue" pour les économies émergentes

Le FMI appelle les pays riches à fournir les vaccins aux pays pauvres.
Le FMI appelle les pays riches à fournir les vaccins aux pays pauvres. Tous droits réservés (Photo : Nasser Nasser/Copyright 2021 The Associated Press)
Tous droits réservés (Photo : Nasser Nasser/Copyright 2021 The Associated Press)
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les pays émergents et en développement doivent avoir accès aux vaccins pour leur population a insisté mardi l'économiste en chef du FMI, soulignant que le retard dans la vaccination contre le Covid-19 était le principal risque pour l'économie mondiale.

PUBLICITÉ

"La priorité numéro une absolue" pour les pays émergents et en développement est d'avoir accès aux vaccins pour leur population, a insisté mardi l'économiste en chef du FMI, soulignant que le retard dans la vaccination contre le Covid-19 était le principal risque pour l'économie mondiale toute entière.

"Le fait qu'il y ait de grandes disparités dans l'accès aux vaccins est un problème majeur", a déclaré Gita Gopinath lors d'une conférence virtuelle organisée par le centre de réflexion Peterson institute for international economics (PIIE).

"Plus la pandémie dure, plus le problème s'aggrave. C'est vrai pour le monde entier, mais c'est vrai en particulier pour les économies émergentes et en développement", a-t-elle ajouté.

"La priorité numéro une absolue, même pour les économies émergentes en développement, que ce soit pour leur situation financière ou pour la communauté internationale, est d'obtenir une vaccination généralisée", a-t-elle également commenté.

Elle a aussi appelé les pays riches à fournir les vaccins aux pays pauvres.

En dévoilant des perspectives mondiales améliorées la semaine dernière, le Fonds monétaire international avait prévenu que l'incertitude entourait ces projections.

L'institution de Washington table à présent sur une croissance du Produit intérieur brut mondial de 6% cette année (+0,5 point comparé à sa projection de janvier), et de 4,4% l'an prochain (+0,2 point).

Elle a toutefois assorti ces estimations de deux alternatives : une croissance plus rapide si la vaccination venait à s'accélérer y compris dans les pays pauvres, ou une croissance moins solide si la vaccination prenait du retard.

La campagne de vaccination s'est accélérée depuis le début de l'année mais elle rencontre des obstacles : mardi, les autorités sanitaires américaines ont recommandé une pause dans l'utilisation du vaccin anti-Covid de Johnson & Johnson en raison de cas graves de caillots sanguins.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les producteurs de champagne vont réduire leur récolte face à la baisse de la demande

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?