Les recommandations économiques de la Commission européenne pour 2023

Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni
Le Commissaire européen en charge de l'Economie Paolo Gentiloni Tous droits réservés KENZO TRIBOUILLARD/AFP or licensors
Par Sandor Zsiros
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’institution table sur une récession en cette fin d’année et au premier trimestre 2023, avant une reprise modérée. Mais ces prévisions dépendent de l’évolution de la guerre en Ukraine.

PUBLICITÉ

La récession n'est pas une fatalité. C'est le message envoyé mardi par la Commission européenne qui présentait ses recommandations économiques.

Le Commissaire européen en charge du dossier s'attend à une courte période de contraction cette année, ainsi qu'au cours du premier trimestre 2023, avant une reprise modérée. Paolo Gentiloni invite donc les capitales à faire davantage pour éviter une longue période de ralentissement. Mais la reprise dépendra de l'évolution de la guerre en Ukraine.

"Si nous ne parvenons pas à mettre un terme à la guerre, les risques énergétiques l'hiver prochain, pas celui-ci, mais l'hiver prochain pourraient être pires que ceux que nous connaissons actuellement", précise Paolo Gentiloni.

L’avenir économique "dépend aussi de l'évolution des crises géopolitiques auxquelles nous sommes confrontés”, ajoute-t-il.

Les économies les plus vulnérables demeurent les mêmes, celles qui comptent des dettes élevées comme l'Italie ou la Grèce. Mais pour la Commission, les projets budgétaires de ces capitales indiquent des investissements publics en hausse qui pourraient faire la différence.

Paolo Gentiloni appelle ces Etats membres à recourir aux différents dispositifs de l’UE de soutien économique.

"Les pays avec des capacités fiscales limitées peuvent continuer à investir et à soutenir leurs économies, en utilisant aussi l'argent commun", souligne le responsable italien.

Les pays membres de la zone euro sont aussi appelés à renforcer les évolutions de salaire qui protègent le pouvoir d'achat. Cette recommandation permettrait aussi de limiter les effets secondaires sur l'inflation. La Commission suggère enfin de soutenir et d’adapter, si nécessaire, les dispositifs sociaux.

Journaliste • Efi Koutsokosta

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations