PUBLICITÉ

La Turquie reste ouverte aux touristes malgré la tragédie des séismes

La Turquie reste ouverte aux touristes malgré la tragédie des séismes
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Cinzia Rizzi
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Malgré les séismes qui ont frappé le sud-est de son territoire, la Turquie veut maintenir son secteur du tourisme et garantir aux visiteurs qu'elle les accueille sans risque sur ses principaux sites. Un appel qui semble entendu par les voyageurs.

PUBLICITÉ

La Turquie, l'un des pays les plus visités au monde, ses sites historiques et culturels attirant des voyageurs du monde entier. Face à l'épreuve des séismes qui ont dévasté le sud-est de son territoire, le pays entend garantir que le tourisme, activité également cruciale dans ce contexte, est préservé.

Ce secteur occupe en effet, une place importante dans la richesse nationale, et ce dans une proportion qui augmente d'année en année.

Un secteur essentiel à l'économie du pays

Selon les derniers chiffres publiés par le gouvernement turc, le pays a accueilli plus de 51 millions de touristes l'an dernier, un chiffre en hausse de 71%, générant 46 milliards de dollars de revenus, soit 53% de plus qu'en 2021. Un montant qui dépasse le précédent record de 38,9 milliards en 2019. Bien que le tourisme ne soit pas le seul secteur soutenant l'économie turque, il est clair qu'il joue un rôle prépondérant.

Après les tremblements de terre, les touristes se sont demandés s'il était sûr de se rendre en Turquie.

Son territoire est vaste : il s'étend sur 783 562 km². Les principales destinations touristiques telles que Antalya, Muğla, Izmir, la Cappadoce et Konya sont situées bien en dehors des zones touchées par les séismes. C'est le cas également d'Istanbul qui se trouve à 1000 km de l'épicentre, sur le détroit du Bosphore. La ville n'a pas stoppé son activité dans l'accueil des visiteurs qui étaient quelque 16 millions à s'y rendre l'an dernier. 

"Il faut venir en Turquie, plus que jamais !" estime une touriste britannique

Ceux qui avaient réservé un voyage sur place avant les tremblements de terre ont décidé de le maintenir comme Marian Catalan, une touriste espagnole rencontrée à Istanbul. "J'étais un peu hésitante, mais maintenant que tout est sous contrôle, on s'est dit que c'était à 1000 km et que rien ne se passerait ici," reconnaît-elle. "C'est un pays sûr où je reviendrai, on a beaucoup aimé," assure-t-elle.

Même son de cloche du côté d'une vacancière britannique, Debbie Still, qui a décidé de maintenir son séjour malgré tout. "On est là depuis moins de 24 heures, mais on adore jusqu'à maintenant, c'est fantastique, les Turcs sont charmants, très amicaux," indique-t-elle. "La dernière chose qu'il faudrait maintenant, c'est que les gens ne viennent pas en Turquie ; il faut venir, plus que jamais !" lance-t-elle.

Voyager en Turquie, en dehors des zones touchées par le séisme, est sans risque et les principales compagnies aériennes et les aéroports internationaux fonctionnent normalement, indiquent les spécialistes comme Laurent Abitbol, président de Havas Voyages et Selectour. "Il n'y a eu aucune annulation ; tous les jours, nous avons des centaines des clients qui s'inscrivent pour aller en Turquie, il est très important de continuer à voyager en Turquie," souligne-t-il.

En 2023, le tourisme est en passe d'atteindre son niveau pré-pandémique et le pays veut continuer sur cette voie.

Journaliste • Cinzia Rizzi

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Séisme en Turquie et en Syrie : les ONG exigent des mesures d'urgence pour soutenir les survivants

Le président Aliyev appelle les pays pétroliers à payer plus pour les problèmes climatiques

Le forum interculturel de Bakou veut promouvoir le respect et la compréhension par le dialogue