Les régulateurs européens examinent de plus près l'investissement de 13 milliards de dollars de Microsoft dans OpenAI

La Commission européenne examine actuellement si l'investissement de 13 milliards de dollars de Microsoft dans OpenAI est conforme à la législation de l'Union européenne.
La Commission européenne examine actuellement si l'investissement de 13 milliards de dollars de Microsoft dans OpenAI est conforme à la législation de l'Union européenne. Tous droits réservés Michael Dwyer/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La Commission européenne a annoncé mardi qu'elle vérifierait si l'investissement de Microsoft dans OpenAI est conforme aux lois sur les fusions de l'Union européenne.

PUBLICITÉ

Le géant de la technologie se serait engagé à investir 13 milliards de dollars (11,8 milliards d'euros) dans la start-up florissante à l'origine de ChatGPT, le chatbot qui a révolutionné le secteur et déclenché une polémique mondiale sur l'intelligence artificielle (IA).

Mais le produit pionnier d'OpenAI a également alimenté les craintes concernant le développement incontrôlé des systèmes alimentés par l'IA et l'absence de législation appropriée pour réprimer leurs effets secondaires les plus néfastes, tels que l'usurpation d'identité, les contrefaçons profondes, les violations de la vie privée, les atteintes aux droits d'auteur et la propagation de la propagande et de la désinformation.

L'Union européenne est sur le point d'approuver la loi sur l'IA, une première mondiale visant à réglementer de manière exhaustive cette technologie qui évolue rapidement.

L'annonce de mardi, qui n'a rien à voir avec la loi sur l'IA, s'inscrit dans une démarche de politique de la concurrence visant à déterminer si le pari mirobolant de Microsoft est si important qu'il équivaut effectivement à une acquisition et confère à la multinationale le contrôle de la jeune pousse.

En tant que principal responsable de l'application des règles de concurrence, la Commission européenne est habilitée à superviser, approuver et, si nécessaire, annuler les concentrations d'entreprises susceptibles de nuire aux relations économiques au sein du marché unique.

Si l'investissement de Microsoft tombe sous le coup du règlement européen sur les concentrations, le géant de la technologie devra soumettre une notification formelle à l'exécutif, étape qui donnera le coup d'envoi à la procédure d'enquête.

Outre ce cas particulier, la Commission examinera "certains des accords" conclus ces dernières années entre de grandes entreprises technologiques et des développeurs d'IA générative, le type de technologie qui produit des réponses textuelles, visuelles et audio automatisées.

"Les mondes virtuels et l'IA générative se développent rapidement. Il est essentiel que ces nouveaux marchés restent compétitifs et que rien n'empêche les entreprises de se développer et de fournir aux consommateurs les produits les meilleurs et les plus innovants", a déclaré mardi Margrethe Vestager, la vice-présidente exécutive chargée de la politique de la concurrence.

L'investissement de Microsoft dans OpenAI a commencé en 2019 avec un milliard de dollars et a augmenté au fil du temps. En janvier de l'année dernière, quelques semaines seulement après l'émergence du ChatGPT qui a fait les gros titres, l'entreprise s'est engagée à verser 10 milliards de dollars supplémentaires sur une base pluriannuelle.

Microsoft a fait de l'IA l'une de ses principales priorités commerciales et a intégré cette technologie hautement adaptable dans un grand nombre de ses services, notamment le moteur de recherche Bing.

En tant qu'organisation de recherche, OpenAI est techniquement une entité à but non lucratif. Toutefois, elle exploite une filiale à "profit plafonné" qui permet aux investisseurs de gagner jusqu'à 100 fois la somme qu'ils ont versée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Commission européenne met en sursis des sanctions supplémentaires contre la Hongrie

L'IA peut-elle aider la police scientifique à trouver des similitudes dans les empreintes digitales ?

IA : ChatGPT consomme plus d'énergie qu'une recherche internet classique