Retour à Fukushima

Retour à Fukushima
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

Carlos Ayesta et Guillaume Bression viennent de remporter le Prix Découverte à Arles pour le travail qu’ils ont réalisé à Fukushima après le séisme qui avait provoqué un accident nucléaire majeur le 11 mars 2011 au Japon

Lauréats du Nouveau Prix Découverte :
Carlos Ayesta & Guillaume Bression présentés par la galerie le 247. pic.twitter.com/0e82Eknq2Q

— Rencontres d’Arles (@rencontresarles) 8 juillet 2017

Ils sont allés sur place juste après la catastrophe en 2011, frappés par la vision apocalyptique du no man’s land autour de la zone qui entourait la centrale, et qui avait fait fuir près de 80 000 personnes. En 2014, ils sont retournés sur place avec ce projet photographique et artistique sur l’atmosphère irréelle qui régnait dans des décors et des paysages vides ou presque de toutes présences humaines.


“La voiture jaune emballée”

Les deux artistes ont pris en photos les rares habitants dans ces zones dévastées. Ils ont intégré des dramatisations surréalistes dans l’environnement grâce à l’utilisation d’accessoires transparents comme les bulles et les films. Les enveloppes de cellophane sont représentées sur les arbres traditionnels japonais de cerisiers, et les hommes et les enfants d’affaires peuvent être vus cachés dans des sphères translucides.


“L’homme qui emballe un cerisier”

Ces éléments symbolisent l’idée de contamination: qu’est-ce qui est sûr et ce qui est encore pollué? Les limites sont de plus en plus floues, inculquant un sentiment répandu de peur et d’incertitude. Les photographies soulèvent la question de la pollution indéfinie et comment nous pourrions être tentés de répondre à la menace.


“Le poisson hors de l’eau”

Sélectionnés parmi ceux de près de 200 candidats du Prix Découverte, dix projets, dont celui du duo finalement primé, avaient été retenus et sont exposés à Arles, dans les anciens ateliers SNCF rachetés et rénovés par la fondation Luma.


“L’homme qui prend un bain”

Une acquisition d’un montant de 20.000 euros récompense les gagnants : les œuvres ainsi achetées intègrent la collection des Rencontres d’Arles.

all images courtesy of carlos ayesta and guillaume bression / trois8

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Art Paris 2024 : La diversité de la scène artistique française et ses jeunes talents à l'honneur

Andrey Gugnin remporte le premier prix de 150 000 € au concours international Classic Piano 2024

Le festival Balkan Trafik! explore la Moldavie et ses minorités culturelles